The Wine Square veut révolutionner la garde du vin


Édition du 07 Octobre 2017

The Wine Square veut révolutionner la garde du vin


Édition du 07 Octobre 2017

Par François Normand

Le ­Cube°, un système de climatisation pour cave à vin, se vend de 8 000 $ à 15 000 $ l’unité.

The Wine Square, une PME de Trois-Rivières, s'attaque au marché nord-américain de la garde du vin avec une nouvelle technologie de climatisation qui pourrait bien révolutionner l'industrie, affirme son président, Jean-François Girard. «C'est un peu comme si nous arrivions sur le marché avec un poêle à induction, alors que tout monde aurait des poêles avec des ronds», illustre à titre d'exemple le cofondateur de l'entreprise née en 2015.

Cet ingénieur a travaillé auparavant chez Stryker, une multinationale américaine qui fabrique des technologies médicales. Il a fondé The Wine Square avec la sommelière Kate Johansson, qui a notamment été chef sommelière au restaurant européen La Serre, à Dubaï, au Moyen-Orient.

Depuis 2016, l'entreprise commercialise à petite échelle, au Canada, un système de climatisation pour cave à vin de la forme d'un cube qu'elle a tout simplement nommé Cube°. Comme il s'agit d'une start-up, les revenus sont très modestes pour l'instant (environ 100 000 $).

Une technologie silencieuse

Contrairement aux systèmes habituellement offerts sur le marché (qui fonctionnent avec un compresseur souvent bruyant), le Cube° n'utilise pas de gaz réfrigérant pour garder le vin à la bonne température. En plus, il est silencieux.

Ce stabilisateur de cave utilise la technologie é-cool (en instance de brevet), qui permet de maintenir une température vraiment précise, et ce, grâce au mouvement des électrons sous l'influence d'un courant électrique. «Autrement dit, notre Cube est un dispositif de refroidissement qui est installé au coeur d'une cave à vin pour en stabiliser la température», explique Kate Johansson.

Résultat ? Les amateurs peuvent conserver leur vin plus longtemps. Le 6 septembre, la division Québec de l'Association canadienne des sommeliers professionnels (ACSP) a d'ailleurs donné son appui à cette nouvelle technologie. «Nous avons investi plus d'un million de dollars pour développer notre produit», dit Jean-François Girard, en précisant que The Wine Square a aussi eu des subventions du ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation (MESI) et du Conseil national de recherches Canada (CNRC).

Conquérir le marché nord-américain

Le Cube° est un produit haut de gamme qui se vend de 8 000 $ à 15 000 $ l'unité. Il s'agit d'un positionnement stratégique longuement mûri. Le système a une durée de vie de 20 ans. «On a travaillé fort pour être sur la plus haute marche et offrir une technologie très complexe. Il est difficile pour un concurrent de parvenir à une marche au-dessus de nous», affirme M. Girard.

The Wine Square ne vend pas directement ses stabilisateurs aux consommateurs de vin, mais plutôt à des fabricants de celliers et de caves à vin comme La vieille garde ou CellArt, deux entreprises québécoises.

En Amérique du Nord, The Wine Square a repéré environ 105 fabricants de caves à vin d'une certaine importance, qui seront tous contactés.

Jean-François Girard estime que son entreprise peut, à terme, occuper jusqu'à 5 % du marché en Amérique du Nord. «Aux États-Unis, par exemple, de 2 à 2,5 % des gens qui gagnent 100 000 $ et plus ont des caves à vin», dit-il.

À court terme, The Wine Square cherchera à vendre son stabilisateur en Ontario, puis dans l'Ouest canadien, au premier chef dans la région de Vancouver. Par la suite, la PME s'attaquera au marché américain à compter du printemps 2018 en commençant par la côte ouest, avec des villes comme Seattle et San Francisco. À elle seule, la Californie représente 14 % du marché des caves à vin aux États-Unis.

La ville de New York est également un marché important pour la société. Et la technologie silencieuse de The Wine Square est un bel avantage dans une métropole très dense, souligne Jean-François Girard.

À la une

Bourse: des prises de profits coupent l'élan de Wall Street qui termine en ordre dispersé

Mis à jour à 17:46 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto termine dans le vert.

À surveiller: Metro, Stella-Jones et CAE

Que faire avec les titres de Metro, Stella-Jones et CAE? Voici quelques recommandations d’analystes

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

16:30 | Refinitiv

Voici les gagnants et les perdants du jour.