Stingray renonce à faire l'acquisition de la société américaine Music Choice

Publié le 02/01/2019 à 09:36

Stingray renonce à faire l'acquisition de la société américaine Music Choice

Publié le 02/01/2019 à 09:36

Par La Presse Canadienne
Logo de Stingray Digital sur un mur du siège social de l'entreprise.

(Photo: Denis Lalonde)

Le Groupe Stingray Digital, établi à Montréal, renonce à faire l'acquisition de la société américaine Music Choice.


Stingray, spécialisée dans les services musicaux et vidéo multiplateformes interentreprises, avait déposé une offre d'achat non sollicitée en août dernier, à la hauteur de 120 millions $US. 


L'entreprise américaine convoitée produit du contenu musical pour la télévision numérique par câble, la téléphonie mobile et les modems par câble.


Dans un communiqué publié mercredi, le président et chef de la direction de Stingray, Eric Boyko, dit toujours croire que cette transaction serait avantageuse, mais maintient que leur orientation stratégique «portera ses fruits». 


Par ailleurs, Stingray a annoncé lundi une entente de distribution avec Altice USA, qui permettra d'offrir une cinquantaine de ses chaînes musicales et des centaines de ses vidéos sur demande à certains abonnés du câblodistributeur américain.

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

À la une

Nous sommes vulnérables à une nouvelle crise financière

23/03/2019 | François Normand

ANALYSE - «Sommes-nous plus en sécurité qu'en 2008? Oui, mais nous ne le sommes pas assez.» - Christine Lagarde du FMI.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

22/03/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quels sont les titres qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la dernière semaine?

Bourse: que penser du nouveau signal de récession?

BLOGUE. Le risque de récession augmente, mais le signal de l'inversion des taux divise encore les financiers.