Réseau 5G: Huawei n'est pas la seule candidate selon des ministres

Publié le 21/01/2019 à 14:02

Réseau 5G: Huawei n'est pas la seule candidate selon des ministres

Publié le 21/01/2019 à 14:02

Par La Presse Canadienne

(Photo:123rf)

Deux ministres fédéraux ont prévenu lundi que le géant chinois des télécommunications Huawei n’était pas la seule entreprise à pouvoir bâtir les réseaux sans fil de nouvelle génération au Canada, alors que Pékin faisait un pas de côté sur sa menace de « répercussions ».


Le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, et le ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique, Navdeep Bains, répliquaient lundi à l’ambassadeur de Chine au Canada. Lu Shaye a prévenu la semaine dernière, devant la presse à Ottawa, que le gouvernement canadien s’exposerait à des « répercussions » s’il devait interdire à Huawei (002502) de fournir du matériel pour ces nouveaux systèmes de communication plus rapides et plus résilients destinés à la téléphonie mobile.


Lundi, une porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a tenté de minimiser les propos de l’ambassadeur. « D’après ce que j’ai compris, il ne voulait pas dire que la Chine avait l’intention de s’immiscer dans la prise de décision du gouvernement canadien », a déclaré la porte-parole Hua Chunying lors d’un point de presse à Pékin, selon la transcription publiée sur le site du ministère. « Nous savons tous que Huawei est un leader dans la technologie 5G, alors des pertes sont inévitables si Huawei n’est pas choisi comme partenaire. »


Les ministres Goodale et Bains ont déclaré lundi matin que ce ne serait pas nécessairement le cas. Interrogé sur la participation éventuelle de Huawei dans un secteur où la sécurité nationale est cruciale, le ministre Goodale a déclaré que d’autres fournisseurs que les Chinois pouvaient mettre en place ces réseaux 5G au Canada. « Il y a d’autres fournisseurs, oui, en effet », a-t-il soutenu. Le ministre Bains en a même cité un : le suédois Ericsson (ERIC-B).


Ottawa et les agences gouvernementales examinent toujours les enjeux de sécurité nationale et les problèmes techniques liés à la possible implication de Huawei ou d’autres sociétés dans ces nouveaux réseaux 5G pour téléphones intelligents et appareils de communication sans fil, qui seront implantés au Canada.


Or, cette décision d’affaires est devenue de plus en plus politique depuis l’arrestation, à la demande des États-Unis, de la directrice financière de Huawei, Meng Wanzhou, le 1er décembre à l’aéroport de Vancouver. L’arrestation de Mme Meng a provoqué la colère de Pékin, qui a ensuite fait arrêter en Chine deux ressortissants canadiens, ce qui a sérieusement envenimé les relations diplomatiques entre les deux pays.


Les « sécurités nationales »


Michael Kovrig, un diplomate en congé, et Michael Spavor, un entrepreneur, ont été arrêtés pour de vagues allégations de « risques à la sécurité nationale de Chine ». Un troisième Canadien, Robert Lloyd Schellenberg, a été condamné à mort la semaine dernière pour une précédente affaire de trafic de drogue, une peine beaucoup plus lourde que les 15 ans d’emprisonnement imposés en première instance.


La porte-parole Hua a indiqué lundi que MM. Kovrig et Spavor avaient été arrêtés dans le cadre de « mesures obligatoires prises par les ministères chinois concernés, conformément à la loi, pour leur implication dans des activités portant atteinte à la sécurité nationale de la Chine ». Mme Hua a ajouté que les étrangers en visite en Chine, de façon générale, ne risquent rien « tant qu’ils respectent les lois et les règlements chinois ».


M. Goodale a rappelé quant à lui que c’est la sécurité nationale qui déterminera quelle entreprise le Canada choisira pour construire son nouveau réseau 5G, même si « certains » ont lié cette décision au problème des détenus. « Nous prendrons la meilleure décision pour le Canada et nous ne compromettrons pas sa sécurité », a précisé M. Goodale. « C’est un exercice continu et extrêmement complexe : il s’agit d’une technologie inédite dans le monde. »


Huawei est devenu le plus grand fournisseur mondial d’équipements utilisés par les fournisseurs de téléphonie et d’internet. Mais l’entreprise chinoise fait face à de nombreuses allégations selon lesquelles il s’agirait en fait d’une agence d’espionnage de l’armée et des services de sécurité chinois, une accusation que Huawei nie formellement.


Le mois dernier, le directeur du Service canadien du renseignement de sécurité a souligné les menaces à la sécurité nationale que fait peser la technologie 5G, sans toutefois nommer spécifiquement la Chine ou Huawei. « Bon nombre de ces technologies de pointe sont à double usage, en ce sens qu’elles pourraient servir les intérêts économiques, sécuritaires ou militaires d’un pays », a soutenu David Vigneault.


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

À la une

10 choses à savoir jeudi

Apple aurait acheté Tesla à 240$US l'action, un bras robotisé juste pour vous. Et pourquoi pas de l'avocat en bâton?

Propriétaires d'entreprises: sauvez de l'impôt et retenez vos employés grâce aux frais médicaux

22/05/2019 | Dany Provost

BLOGUE INVITÉ. Un régime «coût-plus» complète une assurance collective standard pour attirer des candidats de valeur.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

07:06 | LesAffaires.com et AFP

«Les incertitudes autour de ces négociations commerciales vont perdurer au moins jusqu'au G20.»