Relever les défis en milieu de travail avec Simon De Baene, PDG de GSoft

Publié le 12/09/2022 à 11:30

Relever les défis en milieu de travail avec Simon De Baene, PDG de GSoft

Publié le 12/09/2022 à 11:30

Par Karl Moore

«Nous avons réalisé que travailler à distance était le meilleur moyen pour nous de faire l'expérience de tous les problèmes qu'une entreprise peut rencontrer», selon Simon De Baene, PDG de GSoft. (Photo: GSoft)

BLOGUE INVITÉ. Simon De Baene travaillait dans un centre d'appels de CGI. C’est là qu’il a pris conscience qu’un changement s’imposait dans les milieux de travail.

À cette époque, la Silicon Valley était en plein essor. De là émergeaient des photos de nouveaux bureaux ouverts et colorés. Cette tendance de la côte Ouest des États-Unis lui a fait réaliser que le fait d'être confiné dans un cubicule gris et ennuyeux l'empêchait de laisser libre cours à son potentiel créatif.

«Nous voulions apporter un vent de fraîcheur dans l'industrie technologique au Québec», confie Simon De Baene, cofondateur et PDG de l'entreprise de logiciels GSoft.

«Je sentais que la création d’une entreprise était l’occasion rêvée d'exprimer ma créativité et mon ambition», poursuit-il. «J’avais beaucoup de respect pour CGI, mais je voulais faire quelque chose de différent».

Au cours de sa première année à l'École de technologie supérieure, il lance sa propre entreprise de services avec des amis de longue date, Guillaume Roy et Sébastien Leduc.

Doués pour la programmation, ils ont commencé à développer des logiciels personnalisés «pour tous ceux qui étaient prêts à nous payer pour créer des choses pour eux», dit Simon De Baene. Très vite, le talentueux trio s'est taillé une place sur le marché local de la technologie.

Seize ans plus tard, l’aventure qui a débuté dans un petit appartement est devenue la société technologique de référence pour améliorer l'expérience des employés. Les produits GSoft sont utilisés dans 110 pays et 35 secteurs, générant plus de 100 millions de dollars de revenus récurrents.

Le premier produit de la société à avoir été commercialisé est ShareGate, un outil qui aide les entreprises à réussir à l'ère numérique en migrant vers l’infonuagique. Vint ensuite Officevibe, une plateforme qui aide les dirigeants à motiver, organiser et développer leurs équipes.

La solution d’intégration Softstart, le dernier ajout de GSoft, a été créée plus tôt cette année pour aider les nouvelles recrues à se sentir bien dès leur intégration dans une entreprise.

Ces trois produits sont liés à l'expérience employé à différents niveaux. Ensemble, ils contribuent à rendre le travail «plus simple, plus agréable et plus rapide».

 

La pandémie, un accélérateur

La pandémie a contribué à l’essor de GSoft, dont les produits visent à répondre aux besoins d'une main-d'œuvre à distance. Et pourtant, elle a pris l’entreprise par surprise, comme tout le monde.

Quelques mois seulement avant la fermeture des bureaux, l'entreprise venait d'achever la rénovation de plusieurs millions de dollars d'un bureau spectaculaire et dynamique de 100 000 pieds carrés dans l'immeuble Nordelec à Montréal.

«Nous avons réalisé que travailler à distance était le meilleur moyen pour nous de faire l'expérience de tous les problèmes qu'une entreprise peut rencontrer. Ce n'est pas que nos produits n'étaient pas pertinents auparavant. Mais ils le sont devenus beaucoup plus maintenant», selon Simon De Baene.

«Le progrès a été tel que ces deux années semblent l’équivalent de quinze», dit-il.

 

L’intégration réinventée

Softstart se définit en tant que solution viable à la guerre des talents que se livre le marché.

Selon McKinsey & Company, il est de plus en plus difficile de retenir les employés qui quittent les entreprises plus vite qu'ils ne peuvent être remplacés. En mars 2022, le nombre d'offres d'emploi aux États-Unis dépassait de 4,6 millions le nombre de nouvelles embauches, faisant de la rétention du personnel une priorité de tous les instants dans tous les secteurs.

Bien que l'obtention des documents juridiques et la visite des bureaux soient importantes, l'expérience d’intégration traditionnelle n'est pas nécessairement efficace pour attirer les employés et les motiver.

«Si vous ratez votre intégration, il y a de fortes chances que la personne quitte beaucoup plus tôt que prévu», dit Simon De Baene. «Il s'agit de se montrer plus déterminé et d’adapter toute la structure pour rendre l'expérience plus naturelle, sans faille et captivante.»

Aujourd’hui, l’entrepreneur se concentre sur la collaboration avec le laboratoire d'innovation de l'entreprise, GLab, pour élargir son portefeuille de produits et continuer à revoir toutes les possibilités qu’offre le monde du travail.

Sur le même sujet

Réfléchir sur soi pour favoriser la diversité et l’inclusion en entreprise

Édition du 23 Novembre 2022 | Emmanuel Martinez

Le livre «Biais inconscients et comportements inclusifs dans les organisations» prône l'EDI en milieu de travail.

Rachat d'entreprise: les employés à la rescousse du manque de relève?

06/12/2022 | Pierre Graff

BLOGUE INVITÉ. Le rachat d’une entreprise par des employés en place est une option séduisante à plusieurs égards.

À la une

Ottawa cède la protection de près d'un million de kilomètres carrés aux Autochtones

Il y a 0 minutes | La Presse Canadienne

Ces ententes prévoient des investissements pouvant atteindre 800 millions de dollars sur sept ans.

Antonio Guterres appelle à une réforme du système financier

Le secrétaire général des Nations unies a demandé aux institutions financières de revoir leurs modèles d’affaires.

Les négociations difficiles commencent à la COP15 de Montréal

Le texte sur les objectifs de conservation débattu par les délégués contient plus d’incertitudes que de libellé convenu.