«Nous sommes le morceau manquant de la pomme d'Apple»

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Décembre 2014

«Nous sommes le morceau manquant de la pomme d'Apple»

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Décembre 2014

Les quatre copropriétaires d’iRepair Mtl, de gauche à droite : Francis Brisebois, Jean-Pierre Lachance, William Daigle et Louis Daigle. [Photo: Photo : Daphnée Hacker-B.]

iPhone et iPad brisés dans les mains, étudiants et hommes d’affaires s’agglutinent à toute heure de la journée devant le comptoir du magasin iRepair Mtl. Située à quelques pas de l’Apple Store, en plein centre-ville de Montréal, la jeune entreprise connaît un succès monstre. Et pour cause : elle assure un service de réparations de tous genres, ce que la majorité des fournisseurs, dont Apple, n’offrent pas.

« Les gens sont attachés à leur appareil électronique et ne veulent pas forcément le changer par un nouveau lorsqu’un pépin survient », déclare William Daigle, cofondateur d’iRepair Mtl. Le jeune homme, qui approche de la trentaine, n’a pas vu les dernières années passer. Depuis qu’il s’est lancé dans la réparation du modèle iPhone 4, à l’automne 2011, il n’a plus jamais arrêté.

À l’époque, aucun commerce ou presque n’offrait de service de réparations. « Il y avait beaucoup d’insatisfaction chez les consommateurs. Apple n’offrait pas de garantie réelle pour des appareils qui se brisent très facilement », se souvient-il. Accompagné d’un ami doué dans la réparation des produits Apple, M. Daigle a décidé d’apprendre à son tour.

Quand parler mandarin s’avère utile

« Nous voulions devenir les meilleurs, et pour cela, il nous fallait travailler avec les mêmes pièces qu’Apple », relate-t-il. Lors de ses études universitaires en commerce international, M. Daigle a séjourné en Chine. Sa maîtrise du mandarin s’est révélée fort utile pour créer un lien particulier avec une personne travaillant pour LG, un des principaux fournisseurs d’Apple, établi en Chine, qui a accepté de lui fournir régulièrement des pièces.

« La qualité d’un composant électronique varie énormément entre un original et une copie », explique-t-il. Même si certaines pièces d’origine peuvent coûter jusqu’à dix fois plus cher, M. Daigle reste convaincu que cette qualité a une incidence majeure. « C’est notamment ce qui nous distingue de tous les autres commerces de réparation. »


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

Sur le même sujet

À la une

Dans la tourmente, Nemaska Lithium trouve un investisseur

Son titre bondissait de plus de 43% vers midi.

Mais où est passée la peur de la récession?

BLOGUE INVITÉ. Après un rebond des marchés, on entend beaucoup moins parler de récession. Pourtant...

Fin des services au comptoir à la Laurentienne

Mis à jour le 19/07/2019 | La Presse Canadienne

Les négociations avaient été acrimonieuses entre l’institution financière et la partie syndicale.