Normex: une techno pour gérer la salubrité des aliments

Publié le 25/10/2023 à 12:00

Normex: une techno pour gérer la salubrité des aliments

Publié le 25/10/2023 à 12:00

Par Dominique Talbot

Tanguy Etoga, président et fondateur de Normex, a créé une solution informatique qui automatise les tâches et les opérations en salubrité alimentaire. (Photo: courtoisie)

Pour tout l’automne, Les Affaires vous présente SOLUTION START-UP, une rubrique dédiée aux jeunes entreprises innovantes du Québec. Vous découvrirez des entreprises qui ont franchi l’étape de l’«accélération». C’est un rendez-vous chaque semaine, tous les mercredis à 12h.

SOLUTION START-UP. On l’oublie parfois, mais la première responsabilité d’une entreprise qui produit ou transforme de la nourriture n’est pas de séduire vos papilles gustatives. C’est d’éviter de vous rendre malade. Ce qui apparaît comme une évidence est cependant plus complexe que l’on pourrait le croire, surtout avec les nombreuses normes de salubrité auxquelles il est obligatoire de se conformer.

Mais ça l’est moins pour Tanguy Etoga, président et fondateur de Normex, qui a créé une solution informatique qui automatise les tâches et les opérations en salubrité alimentaire.

«À la base, nous étions des consultants en salubrité alimentaire. Ici au Québec, au Canada et aux États-Unis. Chaque fois les clients nous disaient qu’une fois qu’ils obtenaient les certifications, il y avait encore trop de tâches, quotidiennes, hebdomadaires, mensuelles, etc... Ça fait beaucoup de paperasse à gérer, ça coûte cher et il n’y a pas beaucoup de main-d’œuvre pour ça. C’est de là qu’est née l’idée de Normex. Elle est venue d’une occasion, d’un besoin du marché», explique-t-il.

Et de rappeler qu’il y a 220 rappels d’aliments par année. De l’Agence canadienne d’inspection des aliments, du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec.

«[Ces agences] mettent beaucoup de pression sur le marché. Elles en mettent sur les grandes chaînes de supermarchés, qui elles, en mettent aussi beaucoup sur l’industrie: les transformateurs, les producteurs, les importateurs. Et tout le monde veut vendre dans ces grandes chaînes. Alors ces dernières disent: "Si vous voulez vendre chez nous, vous devrez avoir des certifications qui prouvent que vous avez la salubrité alimentaire et toutes les procédures en place". C’est un peu ça le déclencheur», poursuit Tanguy Etoga.

Car pour beaucoup d’entre nous, salubrité alimentaire rime souvent avec cuisines de restaurants. Mais évidemment, la réalité est bien différente. Les producteurs et les transformateurs représentent 91% de toute l’industrie agroalimentaire. La demande pour trouver les meilleures pratiques pour se conformer à toutes les normes est donc en évolution constante. Et Normex le constate année après année dans son chiffre d’affaires.

Même entre 2018 et 2020, lorsqu’elle peaufinait sa technologie, elle enregistrait des revenus. Pourquoi? «Parce que les entreprises nous attendaient. Elles étaient prêtes à mettre de l’argent pour nous aider», affirme Tanguy Etoga.

En 2020, l’entreprise a donc enregistré des revenus de 21 000$. Une fois lancée, en 2021, ceux-ci ont grimpé à 78 000$. Ils ont pratiquement doublé en 2022 pour s’arrêter à environ 150 000$. Un scénario identique se dessine en 2023, alors que le chiffre d’affaires estimé est de 300 000$.

 

À SUIVRE: Économie de temps, donc d’argent

À la une

Bourse: records à Wall Street pour le Nasdaq et le S&P 500

Mis à jour le 12/06/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Le Dow Jones s’est très légèrement replié face à la Fed qui reste prudente.

Bourse: les gagnants et les perdants du 12 juin

Mis à jour le 12/06/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

À surveiller: First Solar, Boralex et BCE

12/06/2024 | lesaffaires.com

Que faire avec les titres de First Solar, Boralex et BCE? Voici quelques recommandations d’analystes.