Netflix choisit Toronto pour installer son siège social au Canada

Publié le 28/04/2021 à 08:28

Netflix choisit Toronto pour installer son siège social au Canada

Publié le 28/04/2021 à 08:28

Par La Presse Canadienne

(Photo: 123RF)

Netflix a choisi d’installer son siège social canadien à Toronto.

Un agent publicitaire du géant californien de la diffusion en continu a expliqué à La Presse Canadienne que la société afficherait en juin un poste de directeur de contenu pour le nouveau bureau.

Netflix avait annoncé en février qu’il prévoyait d’ouvrir un bureau au pays, tout en précisant qu’il n’avait pas encore choisi son emplacement.

L’entreprise hésitait entre Toronto et Vancouver, deux marchés où elle tourne plusieurs productions.

Netflix a également mis en place à Toronto un centre de production, il y a deux ans, lorsqu’elle a loué des studios dans la Ville Reine, sur le bord du lac Ontario.

Un représentant de l’entreprise a expliqué que le choix de Toronto était logique pour diverses raisons, notamment pour la quantité de talents, de partenaires et de festivals internationaux qui s’y trouvent.

Il a ajouté que Netflix n’avait pas encore choisi l’emplacement exact et qu’elle espérait ouvrir un bureau provisoire dès cet été, avant de s’établir dans des locaux de façon permanente, conformément aux directives de la santé publique et de sécurité liées à la COVID-19.

Netflix a ajouté s’attendre à ce que 10 à 15 employés travaillent à son bureau de Toronto. La première étape du recrutement consistera à trouver un responsable du contenu, qui travaillera directement avec les créateurs sur des idées et des présentations de films et de séries.

 

Création de contenu canadien

Les offres d’emploi pour d’autres postes à Toronto seront affichées dans la section des carrières de son site web.

Le cochef de la direction et directeur du contenu de Netflix, Ted Sarandos, a affirmé en février, lors d’une entrevue, que cette initiative était «une première étape importante» vers la création de contenu au Canada.

Il a précisé que l’ajout d’un bureau au Canada permettrait aux dirigeants de Netflix de se rapprocher des créateurs canadiens, afin qu’ils puissent établir des relations et échanger des idées.

«Alors que nous développons nos activités et notre présence partout au Canada, nous sommes ravis que Toronto soit notre premier bureau au pays», a affirmé mardi M. Sarandos dans un communiqué.

«Nous sommes impatients d’ouvrir nos portes et de nous appuyer sur l’excellent travail que nous avons commencé avec nos partenaires créatifs, pour faire découvrir au monde davantage d’artistes et d’histoires canadiennes.»

Netflix dispose de 21 bureaux dans le monde, dans des villes comme Amsterdam et Rome.

L’entreprise a récemment célébré son 10e anniversaire au Canada, où elle compte sept millions d’abonnés.

M. Sarandos a souligné que depuis 2017, Netflix avait dépensé 2,5 milliards $ en production au Canada, sur des titres tels que la série «The Umbrella Academy», tournée à Toronto, et la nouvelle série «Firefly Lane», filmée à Vancouver. Cette dernière série est actuellement celle qui est le plus regardée par ses abonnés à travers le monde.

Parmi les autres émissions de Netflix tournées au Canada se trouvent notamment «Virgin River», filmée en Colombie−Britannique, «The Adam Project», à Vancouver et «Locke & Key», à Toronto.

 

Sur le même sujet

À surveiller: Tesla, Netflix et BCE

28/09/2021 | Denis Lalonde

Que faire avec les titres de Tesla, Netflix et BCE? Voici quelques recommandations d'analystes.

Apple dévoile des concessions majeures sur l'App Store

27/08/2021 | AFP

Sous pression, le géant californien modifie des règles de sa plateforme pour les développeurs d'applications mobiles.

À la une

Merci Carey!

BLOGUE INVITÉ. Protégez-vous et votre entreprise en imaginant comment un concurrent pourrait exploiter vos faiblesses.

Les promesses de la «DeFi», entre rêve cryptoanarchiste et révolution fintech

LES CLÉS DE LA CRYPTO. La finance peut-elle se passer des mécanismes traditionnels?

Cryptomonnaie: Hydro-Québec met fin à des activités de vol d'électricité

Hydro-Québec affirme traiter près de 400 dossiers liés à la subtilisation d’électricité chaque année.