Les appareils intelligents ont la cote

Offert par Les Affaires


Édition du 27 Octobre 2021

Les appareils intelligents ont la cote

Offert par Les Affaires


Édition du 27 Octobre 2021

Par Nicolas St-Germain

MILLE MOTS. Un peu moins de la moitié (47 %) des adultes québécois ont au moins un appareil intelligent à la maison, une hausse de 10 % par rapport à 2020, selon les chiffres du rapport « Maison intelligente : le portrait québécois » publié par NETendances en septembre dernier. 

Les 18-24 ans (70 %) et les 25-34 ans (53 %) sont les groupes d’âge où la possession de ce type d’appareil est la plus élevée. 

Parmi les appareils qui ont la cote, on note l’enceinte intelligente, comme Google Home, Apple Home Pod ou Amazon Echo, qui attire 7 % d’adultes québécois de plus que l’an dernier, soit un taux d’adoption de 25 %.

Fait intéressant, les électroménagers connectés, comme les réfrigérateurs et les cuisinières, ont gagné en popularité dans la dernière année, touchant maintenant un adulte québécois sur cinq (20 %), contre 9 % en 2020.

Sur le plan de la satisfaction de ces outils, les chiffres montrent que 86 % des détenteurs sont très ou plutôt satisfaits de leurs appareils connectés. Dans la catégorie des statistiques surprenantes, les utilisateurs âgés de 25 à 34 ans sont les répondants les plus critiques envers ces appareils, 18 % se disant « plutôt insatisfaits », un pourcentage trois fois plus élevé que la moyenne de 6 %.

Sur le même sujet

Le Canada veut des partenaires de confiance en intelligence artificielle

La décision du Canada dans le dossier des fournisseurs du réseau 5G est attendue au cours des prochaines semaines.

Sept organisations sur dix ont payé lorsqu'elles ont été victimes de rançongiciels

Éviter les temps d'arrêt, les dommages à la réputation et d'autres coûts expliquent ces paiements par les entreprises.

À la une

Mini-budget Girard: un exercice d'équilibriste

Mis à jour à 13:06 | Jean-Paul Gagné

CHRONIQUE. Éric Girard avait raison d’afficher un large sourire quand il a présenté son mini-budget.

Négocions un Buy North American, ça presse!

ANALYSE. Le nationalisme économique et le protectionnisme aux É.-U. sont là pour de bon. Il faut un «game changer».

Que la politique s'occupe mieux de nous!

COURRIER DES LECTEURS. Le taux de participation, je l’ai aussi en travers de la gorge! Mais pas pour les mêmes raisons…