Le Canada dans l'oeil du patron de Microsoft

Publié le 24/03/2021 à 13:19

Le Canada dans l'oeil du patron de Microsoft

Publié le 24/03/2021 à 13:19

Par La Presse Canadienne

(Photo: Mark Lennihan pour La Presse canadienne)

Le chef de la direction de Microsoft estime que le secteur technologique canadien est riche en talents et joue un rôle sur la scène mondiale, mais il aimerait que les décideurs politiques évaluent l’impact de la réglementation sur l’innovation lorsqu’ils prennent des décisions. 

Si les entreprises en plein essor se heurtent à des obstacles supplémentaires, Satya Nadella pense qu’elles pourraient commencer à prendre du retard et entraîner avec elles les secteurs de l’économie dans lesquels elles sont actives. 

« Vous voulez vous assurer que les dernières technologies sont disponibles afin que (…) le Canada puisse créer davantage de technologies de classe mondiale », a-t-il affirmé lors d’une entrevue. « En vous coupant d’un facteur de production, vous ne faites que prendre du retard. » 

Les commentaires de M. Nadella interviennent alors que Microsoft renforce sa présence au Canada avec un nouveau centre d’innovation à Toronto et des centaines d’embauches à Vancouver, et que le gouvernement fédéral promet qu’une réglementation pour les géants de la technologie sera bientôt annoncée. 

Le ministre du Patrimoine, Steven Guilbeault, surveille de près l’Australie, qui a exigé que les entreprises technologiques fournissent une compensation aux groupes d’information dont les articles sont partagés sur leurs plateformes. 

En réponse, Facebook a commencé à bloquer la lecture et le partage de contenu d’actualité sur son site en Australie, mais est revenu sur sa décision quelques jours plus tard et a finalement restauré les pages restreintes. 

Cependant, Microsoft a approuvé la politique de l’Australie et a indiqué en février, dans une entrée de blogue, qu’elle soutiendrait la même proposition si elle était déployée au Canada, aux États-Unis, dans l’Union européenne et ailleurs. 

M. Nadella n’a pas précisé quels règlements il aimerait voir le Canada adopter, mais il estime qu’il faut faire une distinction entre la façon dont les gouvernements abordent la protection des citoyens et la façon dont ils abordent la technologie numérique utilisée par les entreprises pour améliorer la santé ou engendrer une résilience manufacturière. 

Selon lui, l’expression « géants des technologies » est un terme large qui ne reconnaît pas qu’il existe différents types de technologie qui ont des implications variables pour la société et l’économie. 

 

Nouveaux projets d’expansion 

Microsoft a passé une grande partie des années 1990 et 2000 à livrer des batailles juridiques aux États-Unis et en Europe, où les régulateurs ont soutenu que l’entreprise se livrait à des pratiques monopolistiques avec ses logiciels Internet Explorer, Office et Windows. En fin de compte, Microsoft a payé des amendes de plusieurs milliards de dollars, mais a évité d’être démantelée. 

Le New York Times a rapporté mardi que Microsoft songeait de nouveau à prendre de l’expansion et était en pourparlers pour acquérir Discord, une société de médias sociaux populaire auprès des amateurs de jeux vidéo, pour un montant qui pourrait atteindre 10 milliards $ US. 

Ces dernières années, les arguments auxquels Microsoft a été confrontée jadis ont commencé à viser des concurrents comme Facebook, qui détient également Instagram, WhatsApp et Oculus, et ont suscité des discussions sur la question de savoir si les entreprises technologiques avaient trop de pouvoir. 

Les discussions du Canada sur le sujet ne semblent pas avoir effrayé M. Nadella. 

Microsoft a annoncé mercredi qu’elle ouvrirait un centre d’innovation de données dans son bureau du centre−ville de Toronto afin de donner à ses clients un endroit pour tester de nouvelles fonctionnalités et partager leurs meilleures pratiques numériques. 

La société apportera également à Vancouver une zone Azure Edge, qui aidera les utilisateurs qui ont besoin d’un hébergement de données dans le pays pour effectuer certaines tâches plus rapidement, puisqu’ils pourront se connecter à une infrastructure locale plutôt qu’à celle de Toronto. 

Ce prolongement des services infonuagiques d’Azure, a précisé Microsoft, permettra aux clients des services de santé et du secteur public de l’Ouest canadien de répondre aux exigences en matière de résidence des données et de conformité. 

En plus des bureaux, Microsoft ajoutera cette année plus de 500 emplois techniques à Vancouver, qui se concentreront sur la conception d’applications de pointe dans les domaines des communications intelligentes, d’Office, d’Azure, de OneDrive, des expériences web et de la réalité mixte. 

M. Nadella s’est concentré sur le Canada parce qu’il juge que le capital humain dans le pays est « énorme ». 

« Dans le monde développé, le Canada est, en quelque sorte, en train de donner le ton dans de nombreux domaines », a−t−il affirmé. 

« Par habitant, si vous regardez l’expertise en intelligence artificielle au Canada, c’est tout simplement extraordinaire. » 

Profiter de ce talent viendra avec la concurrence. Shopify, Twitter et Pinterest ont tous révélé plus tôt cette année qu’ils se développaient au Canada et embauchaient des ingénieurs et d’autres travailleurs techniques. Mais M. Nadella considère que le type de travail effectué par Microsoft est essentiel, car il est axé sur les compétences et les informations d’identification numériques, qui, selon lui, seront essentielles pour l’avenir. 

« Plus nous ferons de notre mieux pour équiper les gens de ces éléments, meilleure sera la forme de la société et de l’économie. » 

 

À la une

Québec scellera bientôt le sort de Lithium Amérique du Nord

16/04/2021 | François Normand

ANALYSE - Trois entreprises seraient encore dans la course pour acheter la minière: une québécoise et deux étrangères.

Entrepreneuriat: le «trou noir» afflige le Québec

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

La pérennité des nouvelles entreprises est faible dans la province, démontre une étude de l’UQTR.

La devise des entrepreneurs québécois: «Je veux changer le monde»

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

Contrairement à ceux de l'étranger, les entrepreneurs québécois veulent «changer le monde», selon une étude de l'UQTR.