L'assemblée générale des actionnaires de Qualcomm reportée

Publié le 05/03/2018 à 13:55

L'assemblée générale des actionnaires de Qualcomm reportée

Publié le 05/03/2018 à 13:55

Par AFP

L'assemblée générale (AG) des actionnaires de Qualcomm, qui devait se prononcer mardi sur la proposition de rachat de Broadcom, a été reportée pour que l'opération puisse être examinée au regard des règlements sur les investissements étrangers aux Etats-Unis, a annoncé Broadcom lundi.


«Broadcom a été informé dimanche soir que le 29 janvier 2018, Qualcomm a déposé en secret une demande volontaire d'examen auprès du CFIUS pour qu'il ouvre une enquête, entraînant un report de l'Assemblée générale 48 heures avant sa date prévue», a indiqué le fabricant de microprocesseurs basé à Singapour dans un communiqué.


Le comité sur les investissements étrangers (CFIUS) est chargé d'examiner toute acquisition d'un groupe ayant des activités aux Etats-Unis par une société étrangère susceptible d'avoir un impact sur la sécurité nationale et peut recommander au président américain de s'y opposer.


Les actionnaires du groupe californien Qualcomm devaient notamment se prononcer sur l'élection de plusieurs administrateurs soutenus par Broadcom au sein du conseil d'administration.


«Cette initiative est une tentative éhontée et désespérée de Qualcomm de défendre son conseil d'administration actuel et d'empêcher ses propres actionnaires de voter pour les administrateurs indépendants présentés par Broadcom», poursuit Broadcom.


Dans la tradition des invectives que s'échangent les deux groupes depuis plusieurs semaines par communiqués interposés, Qualcomm a répondu que la réaction de Broadcom était «dans la continuation de son attitude désormais familière de chercher à tromper les actionnaires et le public en recourant à la rhétorique plutôt qu'à la substance pour banaliser et ignorer des questions importantes de sécurité nationale et réglementaires».


«Le CFIUS a déterminé qu'il y a des risques liés à la sécurité nationale des Etats-Unis résultant et liés à la transaction proposée par Broadcom», ajoute-t-on de même source.


Si elle se concrétisait, la fusion Broadcom-Qualcomm créerait un mastodonte dans un secteur en pleine consolidation face au développement de technologies liées aux véhicules autonomes et à la 5G. Evaluée à 117 milliards de dollars, il s'agirait de la plus importante fusion dans ce secteur. 


Arrière-plan politique


Qualcomm a déjà rejeté à plusieurs reprises les offres de Broadcom, estimant qu'elles ne représentent pas la valeur intrinsèque de l'entreprise et risquent de rencontrer l'opposition des autorités de la concurrence.


Le CFIUS s'était déjà opposé l'année dernière au rachat du fabricant américain de semi-conducteurs Lattice par un groupe étatique chinois appuyé par un fonds d'investissement américain et le président Donald Trump avait ensuite bloqué l'opération en s'appuyant sur cet avis.


Toujours dans le secteur des semi-conducteurs, cet organisme, dont les délibérations sont secrètes, avait également recommandé en 2016 à Barack Obama, le prédécesseur de Donald Trump, de s'opposer à l'opération entre le groupe allemand Aixtron et le fonds chinois Grand Chip en raison de la présence aux Etats-Unis d'une filiale du groupe allemand. L'opération avait alors été abandonnée.


La transaction entre Qualcomm et Broadcom avait déjà un arrière-plan politique puisque Broadcom avait présenté son offre initiale au lendemain d'une entrevue à la Maison Blanche entre son PDG, Hock Tan, et Donald Trump avec, à la clé, une promesse de rapatrier le siège de l'entreprise aux Etats-Unis en cas de succès de l'opération.


Qualcomm, qui est notamment un des principaux fournisseurs d'Apple, est de son côté actuellement engagé dans l'acquisition du groupe néerlandais NXP et a indiqué qu'il mènerait cette opération à bien quel que soit le résultat des discussions avec Broadcom.


Le titre Broadcom perdait 0,21% à 250,34 dollars alors que Qualcomm perdait 0,99% à 64,10 dollars à Wall Street vers 16h50 GMT.


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

À surveiller: CGI, Qualcomm et Prometic

Que faire avec les titres de CGI, Qualcomm et Prometic?

Un juge recommande une interdiction partielle d'importations d'iPhone aux É-U

26/03/2019 | AFP

Apple et Qualcomm s’affrontent depuis plusieurs années à coup de procédures judiciaires sur plusieurs continents.

À la une

Le dangereux déclin des classes moyennes

19/04/2019 | François Normand

ANALYSE - Depuis 40 ans, la classe moyenne a reculé dans les 36 pays de l'OCDE. Voici les causes et les solutions.

Le parti communiste perdra-t-il le monopole du pouvoir en Chine?

19/04/2019 | François Normand

BALADO - Quatre scénarios sont possibles pour l'avenir de la Chine, selon un récent livre. Lequel est le plus probable?

Déjà-vu: Metro a tout pour plaire, sauf son évaluation

BLOGUE. Metro performe bien, mais son évaluation est plus élevée qu'avant place la barre encore plus haute.