Hydro-Québec accepte d'endosser le projet éolien Apuiat

Publié le 22/08/2018 à 15:38

Hydro-Québec accepte d'endosser le projet éolien Apuiat

Publié le 22/08/2018 à 15:38

Par La Presse Canadienne

[Photo: 123rf]

Le gouvernement Couillard est sorti gagnant de sa partie de bras de fer avec Hydro-Québec, qui accepte finalement d’endosser le projet controversé d’énergie éolienne Apuiat.

Ce projet énergétique, situé sur la Côte-Nord en territoire innu, était qualifié d’« essentiel » par le premier ministre Philippe Couillard, convaincu qu’il devait « absolument » voir le jour, malgré les réserves de la société d’État quant à la pertinence du projet et son coût élevé, évalué à quelque 600 millions $.

Mercredi, dans un communiqué laconique, Hydro-Québec a annoncé que les négociations avec les neuf communautés innues et la compagnie Boralex étaient rendues à leur terme et que le projet irait de l’avant pour l’achat d’électricité produite grâce au projet Apuiat.

Les conseils d’administration des parties impliquées devront cependant entériner le projet d’entente, après l’échéance électorale du 1er octobre.

Le projet de parc éolien sur la Côte-Nord, dans la région de Port-Cartier, procurerait jusqu’à 400 emplois aux Innus durant la période de construction, avec sa production de 200 mégawatts.

Le président d’Hydro-Québec, Éric Martel, remettait en question la pertinence du projet, tant sur le plan financier qu’énergétique, la société d’État devant déjà composer avec des surplus d’électricité.

Selon le premier ministre Couillard, qui a commenté le dossier à maintes reprises ces dernières semaines, il aurait pourtant été « impensable » de ne pas mener à bien ce projet, dans une perspective de développement du nord du Québec et d’une nécessaire bonne entente entre la société québécoise et les Premières Nations.

De son côté, le ministre des Ressources naturelles, Pierre Moreau, faisait valoir que malgré son coût élevé le projet pouvait se réaliser sans entraîner d’impact sur les tarifs payés par les consommateurs d’électricité de l’ensemble du territoire québécois.

Ce projet est dans l’air depuis des années. En 2015, le gouvernement avait promis aux Innus de leur réserver la production du dernier 200 MW de sa stratégie énergétique. À leurs yeux, il s’agit d’un projet « structurant » pour leur communauté.

À suivre dans cette section


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 - Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril

Sur le même sujet

Énergie 4.0: des centaines de milliards d'investissements

15/10/2019 | François Normand

L'industrie modernisera le réseau électrique en Amérique du Nord. Il y aura des gains, mais aussi des risques.

Une québécoise développe un nouvel autobus électrique en aluminium

05/06/2019 | Martin Jolicoeur

Né du travail de deux ex-employés de Bombardier, l'Electrip pourrait entrer en production à compter de 2020.

À la une

Bourse: Home Depot fait plonger le Dow Jones

Mis à jour le 19/11/2019 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street termine la séance de mardi sans direction, alors que Home Depot plombe le Dow Jones.

Titres en action: Aimia, Barrick Gold, Snap...

19/11/2019 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Le pétrole plombé par la guerre commerciale et l'abondance de l'offre

19/11/2019 | AFP

Les prix du pétrole ont terminé en nette baisse mardi, entre la guerre commerciale et une hausse de l'offre.