Google Nest WiFi et TP-Link AX6000: le WiFi de prochaine génération est arrivé

Publié le 02/12/2019 à 13:01

Google Nest WiFi et TP-Link AX6000: le WiFi de prochaine génération est arrivé

Publié le 02/12/2019 à 13:01

Par Alain McKenna

(Photos: Google et TP-Link)

BLOGUE. Un vieux sage a déjà dit que la vie n’était qu’une succession de choix sans cesse déchirants entre deux options généralement opposées. Ou peut-être est-ce qu’on vient de l’inventer. Quoi qu’il en soit, en cette année où la maison connectée et intelligente devient officiellement un sujet grand public au Québec, il faut se rendre à l’évidence : il n’y a pas de salut sans du bon WiFi.

Alors si votre borne WiFi commence à avoir de l’âge, et que vous recevez, dans le cadre du traditionnel échange de cadeaux lors du party de bureau ce Noël, un ensemble d’ampoules WiFi, peut-être aurez-vous l’intention de moderniser un peu ce composant informatique qu’on préférerait pourtant tous oublier.

Que ça vous plaise ou non, ça tombe plutôt bien, car les bornes WiFi n’ont jamais été aussi attrayantes. N’allez pas cracher votre gorgée de café dans votre moniteur, c’est tout à fait vrai, et on a la preuve, en double.

Ou en triple, dans le cas de la deuxième génération de bornes en maillage de Google, désormais appelée Nest WiFi. L’autre cas de figure, c’est le routeur AX6000 de TP-Link, qui nous propulse dans l’ère du WiFi 6.


Le WiFi quoi?

Oui, le WiFi 6. Dit autrement, le WiFi AX, ou la norme 802.11ax, qui succède à la norme 802.11ac qui était, jusqu’ici, le fin du fin de l’Internet sans fil dans les chaumières et cafés branchés de la cité. Celle-là succédait au WiFI N, ou 802.11n, déjà pas mal, mais pas suffisante pour l’époque connectée à laquelle nous vivons.

Avec son débit maximal théorique de 1,3 gigabit/seconde le WiFi AC devait être durable, mais voilà que la demande en données mobiles a bondi à des niveaux inattendus, ces dernières années, en raison de divers facteurs, mais surtout, à cause des objets connectés qui se trouvent à peu près partout, et très possiblement dans votre maison.

Une télé, une console de jeux vidéo, une tablette, un ou deux sans-fil, quelques ordinateurs personnels, les fameuses ampoules du party de bureau, et tous ces autres bidules épuisent les vieux routeurs.

Mais pas le routeur AX6000. À un prix variant entre 350 et 400 dollars, on s’attendait d’ailleurs à rien de moins de sa part. Sa fiche technique est presque aussi costaude que celle d’un PC, avec un processeur à quatre cœurs, 8 go de mémoire vive, huit puissantes antennes à très longue portée (qui couvraient plus de superficie, dans nos tests, que trois bornes maillées avec précision), huit ports Ethernet et deux ports USB (A et C).

Ces deux derniers permettent de partager une imprimante ou un disque dur externe. Dans les réglages, on peut créer une adresse web dynamique, comme celle d’un site web, qui permet d’accéder à son propre stockage maison à distance, de façon relativement sécurisée.

Un des atouts du WiFi 6 est qu’il maximise la répartition des appareils connectés à ses deux bandes de fréquences (2,4 et 5 GHz), afin d’optimiser la bande passante pour tous. Ça fonctionne plutôt bien, surtout qu’en plus, si vous avez plus d’un appareil compatible avec la norme AX, la borne peut ouvrir plusieurs canaux entre chaque appareil, grâce à un protocole appelé MU-MIMO.

On n’en trouve pas des masses pour le moment, mais ça commence. Le iPhone 11 et le Galaxy Note 10 sont prêts pour le WiFi 6. Évidemment, les appareils à l’antenne WiFi plus ancienne peuvent quand même bénéficier de la saine gestion de cette borne pour tomber sur la meilleure fréquence automatiquement.

Côté réglages, une appli mobile est offerte par TP-Link, qui est correcte. Surtout, elle intègre des outils de sécurité et de gestion familiale qui sont parmi les plus intéressantes sur le marché. Ce n’est pas parfait, mais c’est, de l’avis d’un parent qui doit garder l’œil sur trois jeunes insatiables internautes, la meilleure solution actuellement en marché pour éviter les abus.

Sans aucun doute, la borne AX6000 de TP-Link est le Ford Expedition des bornes WiFi pour la maison.

TP-Link AX6000

Parler à sa borne WiFi, c’est normal, docteur?

La première génération des bornes WiFi de Google était décevante, tant en matière de polyvalence que de connectivité. Le débit et la couverture étaient inférieurs à la concurrence.

La nouvelle offrande fait beaucoup mieux. Et celle-là est particulièrement ingénieuse, à plusieurs points de vue. Notamment par le fait que ses bornes-relais, celles qui prolongent la couverture du réseau WiFi au-delà du premier étage ou du deuxième salon, sont aussi des enceintes connectées Nest Mini.

On peut donc parler avec sa borne WiFi, et c’est tout à fait normal! Celle-ci est animée par le même Assistant Google vocal que les téléphones Android et les enceintes Google Home (ou Nest, de leur nouveau nom).

Leur style épuré, qui rappelle une grosse guimauve, rend ces bornes plus susceptibles d’être installées sur une table de salon, ou en tout cas, ailleurs que dans un placard, ce qui maximise leur couverture réseau. La qualité des connexions en est du coup grandement rehaussée.

Un dans l’autre, ces coins reculés de votre sous-sol où la Xbox de fiston est cachée peuvent enfin être branchés au même titre que le superbe écran plat 4K de 75 pouces qui trône dans votre salon.

Google intègre les réglages de ces bornes à son application fourre-tout Google Home, où se trouvent aussi les autres bidules connectés que vous possédez à la maison. Pas bête.

Nest WiFi

De façon générale, le débit du signal produit par les Nest WiFi est aussi plus que satisfaisant. Pour la famille branchée qui reste dans un de ces châteaux à trois portes de garage de la banlieue étendue, c’est probablement une des options les plus recommandables. À un prix variant entre 200 et 380 dollars, selon le nombre de bornes qu’il vous faut pour démarrer la machine, cela n’est pas donné là non plus, mais c’est moitié moins que le gros AX6000.

Ça rend donc le choix un peu plus déchirant encore. Mais selon vos besoins, vous saurez sans doute laquelle des deux formules choisir…

Suivez-moi sur Facebook:

Suivez-moi sur Twitter:

Sur le même sujet

À la une

Les amendements apportés à l'accord de libre-échange nord-américain

10/12/2019 | AFP

Les conditions sur le marché du travail sont l’obstacle le plus épineux du traité.

Feu vert des démocrates américains pour l'ACEUM

Mis à jour le 10/12/2019 | AFP

Il est désormais « bien meilleur », a estimé mardi la responsable des démocrates au Congrès Nancy Pelosi.

L'ACEUM modifié est signé mais la ratification canadienne devra attendre

Mis à jour le 10/12/2019 | La Presse Canadienne

Les parlementaires canadiens ne pourront pas ratifier l’entente avant le congé de fin d’année.