Cryptomonnaies: la fin de l'hiver approche dit un pionnier

Publié le 17/01/2019 à 11:52

Cryptomonnaies: la fin de l'hiver approche dit un pionnier

Publié le 17/01/2019 à 11:52

Par AFP
Image de synthèse de la blockchain Etherum

(Photo: 123rf)

Les collectes de fonds en cryptomonnaies ont connu un sérieux ralentissement ces derniers mois avec la chute des cours du bitcoin, mais « le printemps approche », a assuré jeudi à Paris Jo Lubin, cofondateur de la blockchain Ethereum.

« Il y a toujours des projets » de collectes de fonds et ceux-ci vont se débloquer « très bientôt » quand les investisseurs retrouveront de l’appétit, « probablement au premier ou au deuxième trimestre » 2019, a-t-il déclaré lors d’une rencontre avec des journalistes à Paris.

Jo Lubin, une figure canadienne du monde des cryptomonnaies et de la blockchain, a été l’un des cofondateurs de la blockchain Ethereum, la deuxième grande blockchain (registre informatique partagé et théoriquement infalsifiable) après celle du bitcoin. 

Il a ensuite fondé une société privée, ConsenSys, pour développer des applications basées sur Ethereum.

ConsenSys avait atteint les 1 300 salariés l’an dernier, mais s’était séparée de 13 % de ses effectifs à la fin 2018, dans un contexte de fin d’euphorie pour les collectes de fonds en cryptomonnaies.

Depuis, « nous avons ré-embauché » de nouveaux profils, a indiqué Jo Lubin, selon lequel les effectifs de la société sont revenus aujourd’hui à 1 200 personnes.

Selon M. Lubin, certaines industries comme la banque, le jeu vidéo ou les applications de traçabilité continuent de développer de nouvelles applications de blockchain « privées », qui ne sont pas ouvertes au public, mais seulement à quelques acteurs sélectionnés.

« L’activité n’a pas reculé d’un pouce pour la banque ou les applications de traçabilité » (produits alimentaires par exemple), a-t-il indiqué.

L’arrivée d’une nouvelle version d’Ethereum, Ethereum 2.0, devrait permettre de résoudre les problèmes actuels de la blockchain, dont celui d’un encombrement chronique qui ralentit les transactions ou les rend plus coûteuses.

Ethereum 2.0 va commencer à être déployé « dès cette année » avec un premier élément fondateur, qui sera ensuite complété, a expliqué Jo Lubin.

ConsenSys, qui concentre environ 40 % de ses effectifs aux États-Unis, emploie une cinquantaine de personnes en France.

Elle a annoncé mardi qu’elle avait participé aux côtés d’autres acteurs de la blockchain et des cryptomonnaies à une collecte de fonds de 2,8 millions de dollars de Coinhouse (ex-Maison du bitcoin), qui propose au grand public des outils pour investir dans des cryptomonnaies.

Parmi les autres acteurs de la collecte de fonds figurent également les cofondateurs de Ledger, la start-up française qui commercialise un portefeuille pour cryptomonnaies.  

Après avoir flambé en décembre 2017 à près de 19 500 dollars, le bitcoin est retombé aux alentours de 3 600 dollars, entraînant dans son sillage les autres cryptomonnaies et cryptoactifs.

 

 


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

Sur le même sujet

À la une

Mais où est passée la peur de la récession?

BLOGUE INVITÉ. Après un rebond des marchés, on entend beaucoup moins parler de récession. Pourtant...

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

20/07/2019 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

Investir: trois critères pour choisir ses actions

19/07/2019 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Un investisseur devrait analyser ses titres boursiers comme s'ils étaient une entreprise privée.