Bell Canada accuse Québecor de prendre ses clients en otage

Publié le 10/04/2019 à 08:49

Bell Canada accuse Québecor de prendre ses clients en otage

Publié le 10/04/2019 à 08:49

Par La Presse Canadienne
Une vue plongeante du cercle des mises en jeu d'un match de la LNH.

Les séries éliminatoires de la LNH commencent ce soir. (Photo: courtoisie)

Bell Canada accuse Québecor de prendre ses clients en otage en plus d'amener les négociations sur la place publique sur la base de fausses déclarations.


Le géant des télécommunications a vivement réagi à l'annonce de Québecor, qui a décidé de brouiller le signal de TVA Sports pour les abonnés de Bell Télé à compter de 19h00 mercredi, soit à l'ouverture des séries éliminatoires de la Ligue nationale de hockey, dont TVA Sports est le distributeur exclusif en français. 


«C'est une insulte aux fans et ils sont pris en otage», s'est insurgée la présidente de la direction de Bell au Québec, Martine Turcotte, lors d'une entrevue avec La Presse canadienne, mardi. 


Mme Turcotte s'en est prise aux méthodes de communication de Québecor, qui affirme publiquement que Bell prive ses clients des séries éliminatoires, alors que c'est Québecor qui a décidé de ne plus fournir le signal de TVA Sports aux abonnés de Bell.


«Avoir une concurrence entre nous qui est très forte, c'est correct, mais il faut jouer franc jeu», a affirmé Mme Turcotte.


«Ce qu'on n'a vraiment pas aimé de Québecor, c'est qu'ils ont commencé à faire des fausses déclarations comme par exemple 'Bell pénalise ses clients', ce qui n'est pas vrai du tout et là, ça dépasse les bornes», a-t-elle déclaré. 


Cette approche s'est poursuivie avec des publicités de Québecor dans de nombreux médias et sur les réseaux sociaux où l'on peut lire que «Bell met ses abonnés hors-jeu. Conséquence de sa conduite antisportive». 


La tactique s'est toutefois retournée contre le conglomérat médiatique sur les réseaux sociaux, où plusieurs internautes ont dénoncé Québecor, certains allant jusqu'à annoncer qu'ils se désabonnent soit de TVA Sports ou même de Vidéotron complètement.


Québecor et la recherche de l'«équité»


Dans un communiqué transmis en fin d'après-midi, Québecor plaide être à la recherche d'un partage plus équitable des revenus d'abonnements versés à l'ensemble des chaînes spécialisées, et ce, «sans que la facture des consommateurs ne soit touchée».


Le géant des médias y soutient que Bell et ses chaînes spécialisées profitent de tarifs «injustement avantageux». 


Selon Québecor, les tarifs de distribution devraient être basés sur «la performance». À ce chapitre, l'entreprise réplique à son concurrent qui arguait lundi que RDS est bien plus écouté que TVA Sports.


Il s'agit en fait de chaînes comparables, dit Québecor, qui offre plusieurs statistiques à l'appui, dont une indiquant que l'écart de l'écoute moyenne par abonné n'est que de 2%.


«Même part d'écoute par abonné, mêmes investissements en contenu et même niveau d'appréciation des téléspectateurs», résume Québecor.


«Ça va être le Far West» 


Lundi, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a pourtant publié à la demande de Bell une directive exigeant de Québecor de continuer à offrir la chaîne TVA Sports à Bell Télé et à ses clients, tel que le prévoit la réglementation.


Le refus de Québecor de se plier à cette directive soulève l'ire de Bell.


«Je comprends que Québecor et son leadership veulent faire changer certaines choses dans la loi qu'ils ne trouvent pas justes. Mais si on se met tous à violer les lois et les directives réglementaires comme Québecor dit qu'il va faire pour faire changer les choses, ça va être le Far West au Québec demain. On n'est plus dans une société civile et ça c'est inacceptable», a affirmé avec force Mme Turcotte.


«On est prêts à négocier parce qu'ensemble on veut offrir le meilleur contenu, mais il faut être à la table. Bell a été à la table. Pour Québecor c'est simple, leur principe de négociation, c'est tout ou rien, mais je suis désolée: tout ou rien ce n'est pas une négociation de bonne foi.»


La présidente québécoise de Bell n'a pas manqué d'ironiser au passage sur ce qu'elle estime être l'une des véritables raisons des récriminations de Québecor.


«Ce n'est pas vrai que, parce que le Canadien ne fait pas les séries, on devrait payer plus cher à TVA Sports pour les compenser d'une façon ou d'une autre. Ce n'est quand même pas notre responsabilité.»


Impact: jusqu'à quand?


Bien que la chose soit passée sous le radar en raison de l'omniprésence du hockey dans le panorama sportif québécois, l'Impact de Montréal est également sur la corde raide avec cette décision.


TVA Sports est non seulement le diffuseur francophone exclusif de l'Impact, mais le diffuseur anglais, TSN, ne présente qu'environ le tiers des 30 matchs du club de soccer montréalais.


Le match d'ouverture au stade Saputo, samedi prochain, n'est pas parmi les matchs diffusés par TSN et les clients de Bell n'auront aucune autre option que la radio pour suivre le match.


Or, Québecor n'a pas répondu à la demande de La Presse canadienne quant à savoir jusqu'à quand le signal serait brouillé.


Du côté de l'Impact, le directeur des communications, Patrick Vallée, s'est montré extrêmement prudent: «On suit ça de très près. Nous sommes en contact à tous les jours avec TVA Sports», a-t-il déclaré lorsque rejoint par La Presse canadienne.


Quitter l'antenne


Lors d'une entrevue à l'émission «RDI Économie», le président et chef de la direction de Québecor, Pierre Karl Péladeau a été questionné à savoir s'il envisage que TVA Sports quitte l'antenne et soit diffusé sur le web dans l'éventualité où il n'aurait pas gain de cause dans son litige avec Bell.


«Il va certainement y avoir des transitions qui vont s'opérer, a répondu M. Péladeau. Nous les espérons les moins brutales possible, mais effectivement j'ai tendance à penser que ça va se produire.» M. Péladeau a ensuite ajouté que c'est l'avenir de TVA Sports, tout autant que celui de RDS. 


Selon le pdg, les négociations avec Bell s'éternisent depuis des années et pendant ce temps Québecor perd des dizaines de millions de dollars.


M. Péladeau s'insurge que faute d'une entente, le CRTC choisisse l'une des propositions des parties au terme de son processus d'arbitrage.


«Pourquoi c'est le CRTC et un commissaire qui n'est pas élu - des fois on doute de sa compétence en matière de télévision - qui va déterminer que le tarif c'est 3,59$ au lieu de 5,06$», s'est demandé M. Péladeau.


Guerre de tranchées


Pendant ce temps, Martine Turcotte a indiqué que Bell était «prêt à prendre tous les moyens» pour continuer d'offrir le signal de TVA Sports à ses abonnés, mais n'a pas voulu élaborer sur la nature de ces moyens. 


Cependant, Québecor a ajouté une nouvelle arme dans son combat, qui laisse croire que l'affrontement se préparait depuis un certain temps. 


TVA Sports affiche au bas de l'écran une invitation à s'abonner à TVA Sports direct, son tout nouveau service de diffusion web en continu qui, par coïncidence, affiche une offre de lancement à rabais. 


Il s'agit là d'une des options s'offrant aux abonnés de Bell si le signal de TVA Sports ne leur est plus disponible à compter de mercredi, les autres étant de s'abonner au diffuseur Sportsnet, propriété de Rogers Media, qui détient les droits exclusifs de diffusion des séries éliminatoires en anglais au Canada, ou encore de se tourner vers la CBC, la télévision d'État de langue anglaise, qui diffuse certains matchs éliminatoires, notamment ceux impliquant les équipes canadiennes de Toronto, Winnipeg et Calgary. 


Ils peuvent aussi, évidemment, quitter Bell pour s'abonner à un autre fournisseur parmi lesquels se trouve notamment Vidéotron, une autre filiale de Québecor.

À suivre dans cette section


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

À la une

Immobilier: l'activité et les prix grimpent de 3% en avril

21/05/2019 | Les Affaires - JLR

Bulletin JLR-LesAffaires. Le marché du condo continue d’avoir le vent dans les voiles, à l'exception de Laval et Québec.

Le FMI juge que le Canada ne devrait pas assouplir ses règles hypothécaires

«Cela serait malvenu, car la dette des ménages reste élevée», explique-t-il dans un rapport.

Le marché de la propriété de luxe en croissance au Québec

21/05/2019 | Joanie Fontaine

BLOGUE INVITÉ. Dans la région de Mtl, 3% des unifamiliales vendues en 2018 ont été acquises au coût de 980 000$ ou plus.