Amazon Echo Studio: la meilleure enceinte connectée sur le marché?

Publié le 18/11/2019 à 12:41

Amazon Echo Studio: la meilleure enceinte connectée sur le marché?

Publié le 18/11/2019 à 12:41

Par Alain McKenna

(Image: courtoisie)

Le temps file et Amazon continue de renouveler sa gamme d’enceintes connectées animées par son assistante numérique vocale, Alexa. Promettant un respect à tous les niveaux de votre vie numérique, le géant de Seattle arrive cet automne avec une nouveauté qui risque fort d’attirer une toute nouvelle clientèle dans ce marché encore relativement naissant. Celui des amateurs de musique qui recherchent une qualité sonore relevée.


Amazon, Apple ou Sonos?

La forme arrondie du Echo Studio rappelle évidemment une autre enceinte connectée du même genre, signée Apple. C’est probablement voulu, puisqu’au jeu des comparaisons, Amazon compte sur quelques avantages marqués sur son rival de Cupertino, incluant une plus grande polyvalence avec les divers objets et services connectés (allant de l’ampoule WiFi aux thermostats connectés aux messages électroniques), une meilleure interaction en français, en anglais et même en franglais, et un prix de détail qui est sensiblement moins élevé, à 260$ (le HomePod se vend 400$).

Comme ce dernier, le Studio peut être doublé pour créer une paire stéréo autrement plus puissante, et qui peut aussi servir de chaîne stéréo à ambiophonie virtuelle en la jumelant à un Fire TV Cube, également d’Amazon. Les contenus compatibles avec la norme Dolby Atmos prennent ainsi une tout autre dimension.

Notez qu’on peut aussi créer une paire stéréo avec deux HomePod et la jumeler à un Apple TV tout à fait sans fil. Ça remplace très efficacement une barre de son comme celle que vend Sonos, un autre joueur clé dans le créneau de la musique branchée.

Côté sonore, Amazon ajoute la compatibilité avec plusieurs services musicaux en ligne, dont Apple Music, Spotify et Amazon Prime Musique, lequel est par ailleurs offert en trois saveurs : de base, HD et 3D. Oui, de la musique en 3D. C’est tout nouveau, c’est à peu près inutile, mais c’est amusant si ça tombe dans vos goûts.

L’enceinte Echo Studio recourt à cinq haut-parleurs disposés à 360 degrés pour projeter son signal sonore dans toutes les directions. Évidemment, ça pourrait donner une drôle de cacophonie, si ce n’était du réglage sonore automatisé intégré à l’enceinte, qui prend soin d’analyser le son produit en fonction de la configuration de la pièce dans laquelle elle se trouve.

Ajoutez à cela un caisson de graves qui pointe vers le sol, et qui produit des graves bien audibles, et vous avez, sans conteste, le modèle Echo le plus attrayant du catalogue d’Amazon. On peut aussi facilement suggérer qu’il s’agit de l’enceinte connectée la plus recommandable sur le marché, toutes marques confondues, vu le rapport qualité-prix.

En tout cas, pour les mélomanes branchés qui ont une pièce bien isolée dans le sous-sol, ça fait un cadeau de Noël branché et très hi-tech, mais dénué d’un de ces fameux écrans sur lesquels se scotchent systématiquement les plus jeunes, à la moindre occasion.

Juste ça, c’est un gros plus des interfaces vocales.

Et Google

Depuis qu’Amazon a réalisé que le Québec existait, le groupe de Seattle ne cesse de faire des efforts pour s’y tailler une place de choix. Ça se traduit par des nouveautés logicielles qui débarquent sur le marché en français canadien au même moment où elles sont lancées en anglais. C’est banal, mais ça fait une différence. D’autres technos, comme Apple et Microsoft, ont compris ce détail il y a des années, et ont aussi su en profiter.

Pour Amazon, qui tente surtout d’écraser Google dans cet étonnant marché des enceintes connectés, c’est un net avantage, Google faisant encore les choses en deux temps. L’anglais d’abord, le français… peut-être.

On attend toujours les nouvelles fonctions de pris d’appel de l’Assistant Google au Québec, alors que le Canada anglais a la bêta depuis des mois…

Alexa, elle, fait les mêmes pirouettes dans les deux langues. Ça comprend un nouveau mode de chuchotement assez rigolo, qui évite de réveiller tout le monde quand on interagit avec elle alors que tout le monde dort. On chuchote, Alexa le perçoit, et elle répond elle aussi en baissant le ton. Les enfants se bidonnent quand ils découvrent ce mode.

Cette nouveauté est évidemment offerte sur plus d’un modèle. Outre le Studio, ça comprend l’Echo standard, et la plus petite enceinte Echo Dot de troisième génération, qui affiche aussi l’heure à travers le tissu de sa paroi latérale. À un prix comparable, ça distingue ce diminutif appareil du Nest Mini de Google, qui vient lui aussi d’être mis en marché, à temps pour les Fêtes.

Google peut toujours combiner un Nest Mini avec un autre de ses produits, comme le Pixel 4, pour en mousser les ventes. Amazon n’a pas ce luxe, alors le groupe de Jeff Bezos doit faire les choses autrement.

Pousser l’audace un peu plus loin semble être l’approche privilégiée. Et pour le moment, ça marche. On dira ce qu’on voudra d’Amazon, sa gamme d’enceintes Echo se démarque. Même Sonos, qui devrait pourtant dominer ce marché (et qui a des enceintes compatibles tant avecx Alexa qu’avec l’Assistant Google), semble incapable de suivre la cadence.

Pour une société aussi éclatée qu’Amazon, qui touche un peu à tout ces jours-ci, tant que ça lui permet d’accumuler des données sur le comportement de sa clientèle, c’est remarquable.

Suivez-moi sur Facebook:

Suivez-moi sur Twitter:

Sur le même sujet

Titres en action: Google, RBC, Palantir, Twitter, Amazon

Mis à jour le 30/09/2020 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Amazon introduit le paiement sans contact avec la paume de la main

29/09/2020 | AFP

Ce service, intitulé Amazon One, sera dans un premier temps déployé dans deux des supérettes Amazon Go.

À la une

Oubliez Trump: c'est Obama qui a relancé l'emploi manufacturier

30/09/2020 | François Normand

C'est à partir de l’été 2010 que l'on commence à assister à la renaissance du secteur aux États-Unis.

L'action de Palantir grimpe de 34% à son premier jour en Bourse

Mis à jour le 30/09/2020 | AFP

Sous le symbole PLTR, le titre a commencé à être échangé vers 13H40.

L'incertitude grimpe entourant la vente d'usines de Bombardier à Spirit

L’entente devait initialement être conclue au mois de mai de cette année.