5 faits marquants de l'actu techno

Publié le 27/03/2017 à 15:34

5 faits marquants de l'actu techno

Publié le 27/03/2017 à 15:34

Par lesaffaires.com

L'actu techno fourmille de nouveautés. Voici, en bref, cinq éléments saillants.


Les pirates s'en prennent aux mobiles


Les attaques de malwares (logiciels malveillants) contre les smartphones ont bondi de 400% en 2016, représentant 85% des infections d'appareils mobiles, selon une étude de Nokia. Des malwares infectaient en octobre 1,35% des terminaux mobiles dans le monde en octobre, un record selon le groupe finlandais. Les appareils utilisant Android ont concentré 81% des attaques.


Le suivi à la trace


Google va introduire une «nouvelle» fonctionnalité sur son application Google Maps permettant de «partager sa localisation» avec ses contacts ou d'envoyer un lien de suivi par une application de messagerie, afin de retrouver des amis au coeur d'une foule ou pour s'assurer que ses amis rentrent à bon port après une soirée. Ce suivi à la trace pourra être activé en permanence ou seulement pour un temps donné. (Il s'agit en fait d'une veille fonctionnalité, Latitude, que le géant d'Internet avait lancé trop tôt, avant que l'utilisation des téléphones intelligents se répande.)



Uber sous le choc


Uber suspend son activité de voitures autonomes à Tempe en Arizona. L’un de ses véhicules a été impliqué dans un accident n’ayant causé aucune blessure. Mais c'est une nouvelle étape difficile pour l’entreprise qui doit surmonter crise sur crise ces derniers temps.






WhatsApp repaire de terroriste


Quelques jours après l’attentat de Londres, la Secrétaire d’État britannique Amber Rudd a déploré le système de chiffrement de WhatsApp. Sur un plateau de la BBC dimanche, elle a estimé qu’il ne devrait avoir «aucun endroit où les terroristes se cachent. Nous devons être sûrs que des entreprises telles que WhatsApp, et il y en a plein d’autres du genre, ne fournissent pas des plateformes secrètes pour communiquer». Une intervention qui donnait suite aux révélations de SkyNews à propos de la connexion de l’assaillant à l’application quelques minutes avant l’attaque sur le pont de Westminster.


Le moment des adieux


Mighty TV, une start-up offrant des recommandations vidéo via une application à la manière de Tinder, a arrêté ses services ce lundi après son rachat par le géant de la musique en ligne Spotify. Les détails financiers de la transaction n’ont pas été dévoilés. L’objectif étant d’améliorer les stratégies et solutions marketing. Le fondateur de Mighty TV devient vice-président de la technologie de Spotify, comme indique le communiqué.



 


Mais aussi: En 1958, Ford croyait dur comme fer à l’avènement de la voiture volante; Bannir les portables en avion, un affront aux lignes aériennes; des feux de signalisation au sol parce que marcher et texter c’est dangereux. À (re)lire dans les 10 choses à savoir ce lundi.


 


 

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Apple veut permettre la géolocalisation des appels d'urgence sur les cellulaires

Apple veut aider le système archaïque de traitement des appels d'urgence des États-Unis à ...

Piétons heurtés à Toronto: la police a arrêté un suspect

Mis à jour le 23/04/2018 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

La police confirme l'arrestation d'une personne après que plusieurs personnes aient été heurtées par une camionnette.

À la une

Nous sommes vulnérables à une nouvelle crise financière

ANALYSE - «Sommes-nous plus en sécurité qu'en 2008? Oui, mais nous ne le sommes pas assez.» - Christine Lagarde du FMI.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

22/03/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quels sont les titres qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la dernière semaine?

Bourse: que penser du nouveau signal de récession?

BLOGUE. Le risque de récession augmente, mais le signal de l'inversion des taux divise encore les financiers.