Universités : évoluer ou disparaître


Édition du 13 Février 2016

L'université traditionnelle se meurt. Du moins, c'est l'avis partagé par la plupart des spécialistes que nous avons interviewés. Pour eux, la question est maintenant de savoir quelle forme elle prendra dans sa seconde vie. Pendant ce temps, des employeurs comme Google et AT&T s'arrachent les finissants de formations en ligne non créditées.

À lire aussi: Tempête en vue dans le milieu universitaire

«On assistera sous peu à l'éclatement du marché de l'éducation, qui favorisera l'émergence d'un grand nombre de fournisseurs et de programmes ciblant des compétences très précises», lance Stephen Downes, chercheur spécialisé en éducation en ligne au Conseil national de recherches Canada.

S'il est difficile de prédire l'avenir, Stephen Downes peut se targuer d'avoir une bonne moyenne au bâton. Il a bâti ses premiers cours en ligne dans les années en 1990, et on lui attribue la création, avec son collègue George Siemens, du premier cours en ligne ouvert à tous (ou MOOC pour massive open online course en anglais) du monde en 2008, à l'Université du Manitoba.

Pour poursuivre votre lecture, vous devez être abonné(e)

Vous n’êtes pas abonné(e) Les Affaires

S'abonner maintenant


Sur le même sujet

Les véhicules autonomes pourraient sabrer plus de 1M d'emplois

Le document d’Emploi et Développement social Canada souligne les difficultés pour recycler certains de ces travailleurs.

Amazon lance une offensive dans l'éducation en ligne

11/10/2013

Le distributeur en ligne américain Amazon a annoncé jeudi l'achat du site de cours de ...

À la une

Mais où est passée la peur de la récession?

BLOGUE INVITÉ. Après un rebond des marchés, on entend beaucoup moins parler de récession. Pourtant...

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

20/07/2019 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

Investir: trois critères pour choisir ses actions

19/07/2019 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Un investisseur devrait analyser ses titres boursiers comme s'ils étaient une entreprise privée.