TikTok censure, puis rétablit l'accès à une vidéo virale sur les Ouïgours

Publié le 29/11/2019 à 06:49

TikTok censure, puis rétablit l'accès à une vidéo virale sur les Ouïgours

Publié le 29/11/2019 à 06:49

Par La Presse Canadienne

TikTok, une application vidéo de propriété chinoise, a indiqué avoir rétabli l'accès à une vidéo virale d'une adolescente américaine condamnant le traitement réservé par la Chine à sa minorité musulmane.

La vidéo a été supprimée mercredi pendant 50 minutes en raison d'une «erreur de modération humaine», selon un communiqué d'Eric Han, un Américain qui dirige l'équipe de modération de contenu de TikTok aux États-Unis. Les lignes directrices du site n'excluent pas le contenu de la vidéo, a noté M. Han.

TikTok est populaire auprès de millions d'adolescents et de jeunes adultes américains, mais plusieurs sénateurs américains ont fait part de leurs préoccupations concernant la collecte de données et la censure sur le site des contenus non conformes au point de vue du gouvernement chinois. Le gouvernement américain aurait enclenché un examen de la sécurité nationale relativement au site.

La vidéo de 40 secondes, qui selon plusieurs médias serait l'oeuvre de Feroza Aziz, 17 ans, du New Jersey, commence par un tutoriel anodin sur la façon d'allonger ses cils.

La jeune femme lance ensuite un appel aux spectateurs leur demandant de s'informer sur le sort de la minorité musulmane en Chine. «C'est un autre Holocauste, mais personne n'en parle», affirme Mme Aziz.

Selon des estimations, la Chine a détenu jusqu'à 1 million de Ouïgours appartenant à des minorités musulmanes dans des centres de détention s'apparentant à des prisons. Le gouvernement chinois insiste sur le fait que ces lieux de détention sont des centres «professionnels» destinés à la formation et au développement des compétences. Pékin a vivement critiqué les pays occidentaux qui ont demandé la fin des détentions arbitraires massives et des autres exactions commises contre les Ouïgours et les autres musulmans de la région du Xinjiang.

TikTok a déclaré que ses données n'étaient pas soumises à la loi chinoise et qu'il ne supprimait pas du contenu en fonction des «sensibilités liées à la Chine».

M. Han a déclaré que Mme Aziz a été évincée de son compte en raison d'une vidéo qu'elle avait précédemment publiée, qui contenait une photo d'Oussama ben Laden et que cela violait la politique relative aux images liées à des terroristes.

Mme Aziz a répondu par la négative à sa propre question sur Twitter à savoir si elle avait été bloquée à cause de cette vidéo «satirique» antérieure à sa dénonciation sur les Ouïgours.

Sur le même sujet

Petit guide de survie au «bad buzz»

20/02/2020 | Catherine Charron

Lorsqu’une soirée entre amis entache votre image de marque sur les réseaux sociaux, voici comment éponger les dégâts.

Les réseaux sociaux contrôlent trop l'information au goût des Américains

03/10/2019 | AFP

60% des répondants à un sondage considèrent que les réseaux sociaux exercent un pouvoir excessif sur l'information.

À la une

Bourse: Wall Street focalisée sur le redémarrage de l'économie

Mis à jour le 01/06/2020 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. La perspective du redémarrage progressif de l’économie l’emporte sur les inquiétudes.

Titres en action: Cineplex, Bell Canada

Mis à jour le 01/06/2020 | La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Tensions raciales: report du lancement de nouveaux produits

01/06/2020 | AFP

«Pour l’instant (...) il faut surtout permettre à des voix plus importantes d’être entendues», a justifié PlayStation.