Stockage de données en Russie: Facebook et Twitter mis à l'amende

Publié le 26/08/2021 à 09:05

Stockage de données en Russie: Facebook et Twitter mis à l'amende

Publié le 26/08/2021 à 09:05

Par AFP

Twitter a reçu une amende de 17 millions de roubles. (Photo: 123RF)

La justice russe a condamné jeudi Twitter et Facebook ainsi que la messagerie WhatsApp à des amendes pour avoir violé une loi les obligeant à stocker en Russie les données des utilisateurs russes.

Le tribunal Taganski de Moscou a infligé la plus lourde amende — 17 millions de roubles (environ 228 990 dollars américains au taux actuel) — à Twitter, alors que Facebook a écopé de 15 millions de roubles (202 050 $US) d'amende, selon un communiqué du gendarme russe de l'internet, Roskomnadzor.

Tous les deux avaient été déjà condamnés pour les mêmes motifs en 2020, rappelle le communiqué, précisant que Facebook avait alors payé l'amende infligée, à la différence de Twitter.

Pour sa part, WhatsApp, condamné pour la première fois pour cette infraction, a écopé de 4 millions (53 880 $US) d'amendes.

Le géant américain Google avait lui condamné pour la première fois pour ce même motif le mois dernier.

Depuis 2014, la loi requiert que les entreprises web stockent les données de leurs utilisateurs russes en Russie, une législation qui fait craindre à certains qu'elle puisse servir à la répression de détracteurs du pouvoir et à faire pression sur les réseaux sociaux.

À ce jour, environ 600 sociétés, parmi lesquelles Apple, Microsoft, LG Electronics, Samsung, PayPal et Booking.com, se sont pliées à cette loi, s'est félicité Roskomnadzor. Le réseau social LinkedIn s'y est lui refusé et est bloqué dans le pays depuis 2016.

Les autorités russes ont multiplié ces derniers mois les critiques à l'égard des américains Twitter, Facebook et YouTube, mais aussi envers le chinois TikTok, dénonçant leur toute-puissance et critiquant leur modération des contenus, notamment politiques.

Moscou leur reproche notamment de ne pas avoir supprimé des publications appelant à manifester pour l'opposant emprisonné Alexeï Navalny, de censurer des contenus pro-Kremlin ou encore de laisser en ligne des contenus faisant, selon les autorités russes, l'apologie de drogues ou du suicide.

Les autorités n'ont cessé de serrer la vis d'ailleurs au nom de la lutte contre l'extrémisme et de la protection des mineurs. Des concepts fourre-tout destinés à censurer, selon les détracteurs du Kremlin.

Sur le même sujet

État de Washington: Facebook aurait donné de fausses informations dans un procès

L’entreprise est accusé d’avoir enfreint les lois de l’État de Washington sur le financement des campagnes électorales.

Prioriser les principes plutôt que les profits

Édition du 13 Octobre 2021 | Marine Thomas

BILLET. Ce sont souvent les employés les plus engagés qui sont le plus déçus lorsqu’une société ne tient pas promesse.

À la une

En route pour l'environnement

Édition du 13 Octobre 2021 | Nicolas St-Germain

MILLE MOTS. Parmi les Canadiens sur le point d’acheter une voiture, 35 % d’entre eux envisagent de se procurer...

Prochain redécoupage: le Canada aura 342 circonscriptions, le Québec perd un siège

Le nombre de sièges est recalculé tous les dix ans après un recensement.

Goldman Sachs voit son bénéfice bondir mais reste attentif aux risques pesant sur l'économie

14:00 | AFP

Il a été tiré par les revenus générés par la division de banque d’investissement, qui se sont envolés de 88%.