Square teste une nouvelle boîte à outils en France

Publié le 06/07/2021 à 14:30

Square teste une nouvelle boîte à outils en France

Publié le 06/07/2021 à 14:30

Par AFP

Elle concurrence les terminaux traditionnels de cartes de crédit notamment sur les montants des commissions. (Photo: 123RF)

La société américaine spécialisée dans les paiements numériques Square (SQ), fondée et dirigée par Jack Dorsey, le patron de Twitter, a annoncé mardi un lancement en France en « avant-première » pour les PME.

La start-up fondée en 2009, qui s’est depuis imposée dans des millions de commerces, cafés et entreprises aux États-Unis et dans le monde, propose aux commerçants une boîte à outils de paiements connectés, qui comprend un terminal physique, un logiciel de caisse, une analyse des ventes, ou encore un répertoire des clients.

Le système permet d’encaisser des transactions en physique dans un commerce, mais aussi sur internet, et concurrence les terminaux traditionnels de cartes de crédit notamment sur la structure et les montants des commissions.

Square a vu le volume des transactions de ses clients commerçants augmenter de 144% en avril 2021 par rapport au même mois de l’année précédente, selon le Wall Street Journal. Sa capitalisation boursière a triplé avec la pandémie et dépasse aujourd’hui les 100 milliards de dollars.

« Les places dans le programme Avant-première de Square sont limitées et seront attribuées selon le principe du premier arrivé, premier servi », précise le communiqué de Square.

Le matériel de Square est fourni gratuitement aux commerçants participant au programme « Avant-première », avant que les produits ne soient rendus accessibles au grand public en France « plus tard en 2021 ».

« Nous sommes impatients de nous associer à la riche communauté française de chefs d’entreprise pour affiner et perfectionner nos produits avant leur lancement », déclare Jason Lalor, directeur exécutif de Square Europe, cité dans le communiqué.

Les fintechs spécialistes du paiement ont pleinement profité du coup de fouet donné au commerce électronique par la crise de la COVID-19. 

Selon une étude du cabinet Accenture publiée l’an passé, les revenus mondiaux générés par les activités de paiement devraient augmenter de 500 milliards de dollars au cours des six prochaines années pour atteindre 2.000 milliards de dollars en 2025.

 

Sur le même sujet

Apple n'est pas un monopole mais doit ouvrir son système de paiement

Mis à jour le 13/09/2021 | AFP

Apple ne peut plus imposer aux éditeurs d’utiliser son système de paiement au sein de leurs applications.

Phénix: pas d'imposition sur les indemnités, exige le syndicat

L’Agence du revenu du Canada considère ces indemnités comme des revenus imposables.

À la une

Conflit du bois d’œuvre: le prix des maisons fera-t-il plier Biden?

15/01/2022 | François Normand

ANALYSE. Les démocrates sont en difficulté, tandis que la grogne monte contre la hausse du prix du bois et des maisons.

«J'manque de bras!» Attendez avant de vider votre portefeuille!

14/01/2022 | Catherine Charron

Votre PME peut tirer son épingle du jeu, même dans un contexte de pénurie de main-d'oeuvre. Voici comment.

Forte demande de bureaux en sous-location à Montréal

14/01/2022 | Charles Poulin

Premier trimestre d'absorption nette positive au pays en immobilier commercial