Snapchat accuse Trump d'inciter à «la violence raciale»

Publié le 03/06/2020 à 14:23

Snapchat accuse Trump d'inciter à «la violence raciale»

Publié le 03/06/2020 à 14:23

Par AFP

(Photo: 123RF)

Le réseau social Snapchat, très prisé des jeunes, a accusé mercredi Donald Trump d’inciter à la « violence raciale » et a indiqué ne plus faire la promotion de ses messages sur sa page Discover, a indiqué un porte-parole.

Les messages du président américain restent toutefois visibles aux abonnés à son compte et apparaissent quand un usager fait une recherche spécifique.

« Nous n’allons pas amplifier des voix qui incitent à la violence raciale et à l’injustice en faisant leur promotion gratuite sur Discover », le fil d’info du réseau où les utilisateurs peuvent trouver les nouveautés, les recommandations ou encore les publications de médias ou de personnalités connues, a précisé l’entreprise.

Snapchat rejoint ainsi Twitter qui a provoqué l’ire du président des États-Unis la semaine dernière, en mettant des avertissements sur les messages qu’il envoie à ses plus de 81 millions d’abonnés.

Les deux réseaux ont toutefois choisi de ne pas bannir totalement Donald Trump.

« La violence raciale et l’injustice n’ont pas leur place dans la société et nous sommes solidaires de tous ceux qui recherchent la paix, l’amour, l’égalité et la justice en Amérique », souligne Snapchat.

Cette annonce, comme celle de Twitter, arrive alors que des centaines de milliers de personnes manifestent depuis plus d’une semaine dans tout le pays, parfois violemment, contre les violences policières faites aux minorités visibles et en particulier à la population noire.

La mort de George Floyd, asphyxié par un policier alors qu’il était menotté et ne présentait aucune résistance, fin mai a été l’élément déclencheur de ces manifestations dans un pays déjà frappé d’une pandémie qui y a fait plus de 100 000 morts et mis au chômage des dizaines de millions de personnes.

Contrairement à Twitter ou désormais Snapchat, Facebook, le premier réseau social au monde a choisi de ne pas signaler ou censurer de quelque manière que ce soit les messages du président américain.

Une décision assumée par Mark Zuckerberg, le dirigeant et fondateur de Facebook, mais critiquée très publiquement par une partie du personnel de l’entreprise.


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

Sur le même sujet

Les grands noms de la tech protestent contre une décision de Trump

23/06/2020 | AFP

Le patron de Google «déçu», celui de Microsoft qui juge que ce «n'est pas le ...

Trump n'exclut pas de suspendre les relations économiques avec Pékin

19/06/2020 | AFP

Donald Trump n'exclut pas de suspendre toutes les relations, y compris économiques, avec la Chine.

À la une

Bourse: Wall Street plus optimiste sur le front sanitaire

Mis à jour le 10/07/2020 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Cette semaine, le Dow Jones est monté de 0,96 %, le Nasdaq de 4,02 % et le S&P 500 de 1,76%.

L'affaire Trudeau-WE Charity: on ne lésine pas avec l'éthique

10/07/2020 | Jean-Paul Gagné

Une apparence de conflits peut en effet être aussi dommageable pour sa réputation qu’un véritable conflit d’intérêts.

Se former à l'ère du «nouveau normal»

Édition du 17 Juin 2020 | Philippe Jean Poirier

FORMATION. Les entreprises ont tout intérêt à profiter de la timide reprise de leurs ...