«Repeat after me»: bientôt des robots-profs d'anglais dans les classes japonaises

Publié le 21/08/2018 à 06:54

«Repeat after me»: bientôt des robots-profs d'anglais dans les classes japonaises

Publié le 21/08/2018 à 06:54

Par AFP

Des robots pour apprendre l'anglais aux enfants: le gouvernement japonais a décidé de se tourner vers les technologies pour tenter d'intéresser les élèves aux langues étrangères dans un archipel peu polyglotte.

Le projet pilote sera mené dans 500 écoles à partir de la rentrée scolaire prochaine, en avril 2019, pour un budget d'environ 250 millions de yens (près de 295 000 $), a expliqué mardi à l'AFP un porte-parole du ministère de l'Education.

«Les robots qui sont déjà sur le marché disposent de plusieurs fonctions, par exemple ils peuvent vérifier la prononciation de chaque étudiant», a-t-il souligné.

La pertinence de cette méthode peut sembler discutable, mais les établissements de l'archipel peinent à trouver des instituteurs compétents en anglais et n'ont pas suffisamment d'argent pour recruter des assistants dédiés à cette matière.

«D'autres mesures sont prévues», comme l'utilisation de tablettes ou encore la mise en place de leçons en ligne avec des professeurs, en chair et en os cette fois, dont l'anglais est la langue maternelle, a ajouté le représentant du ministère.

Certaines écoles japonaises ont déjà pris les devants et recruté des robots, en prévision de l'entrée en vigueur en 2020 de nouvelles règles rendant obligatoire l'enseignement de l'anglais à partir de l'âge de 10 ans, contre 12 ans aujourd'hui.

À la une

Mission accomplie pour Brian Hannasch

Édition du 07 Décembre 2019 | Pierre Théroux

PDG DE L’ANNÉE – GRANDE ENTREPRISE. Brian Hannasch peut dire mission accomplie.

Couche-Tard, un prétendant «sérieux» et «crédible», dit l'australienne Caltex

La société n'a pas eu de réponse de la part de Couche-Tard depuis l'annonce du rejet de l'offre, mardi.

Bourse: Wall Street quasi-stable à la clôture, scrutant le front commercial

09:35 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. « Le chemin a été assez cahoteux cette semaine ».