Québec allonge près de 65M$ pour des stages rémunérés dans le domaine technologique

Publié le 06/02/2023 à 18:24

Québec allonge près de 65M$ pour des stages rémunérés dans le domaine technologique

Publié le 06/02/2023 à 18:24

Par La Presse Canadienne

L’annonce en a été faite par le ministre de l’Économie et de l’Énergie, Pierre Fitzgibbon, alors qu’il se trouvait au Centech de Montréal, un incubateur destiné aux entreprises technologiques. (Photo: La Presse Canadienne)

Quelque 13 500 étudiants de niveau post-secondaire bénéficieront de stages rémunérés en innovation dans des entreprises québécoises au cours des cinq prochaines années.

Québec a annoncé lundi l’octroi de près de 65 millions de dollars au Mitacs, un organisme dont le rôle est d’agir comme entremetteur entre les institutions d’enseignement supérieur et l’entreprise, particulièrement les PME.

L’annonce en a été faite par le ministre de l’Économie et de l’Énergie, Pierre Fitzgibbon, alors qu’il se trouvait au Centech de Montréal, un incubateur destiné aux entreprises technologiques.

Soutenir la recherche appliquée

Le ministre Fitzgibbon a expliqué à l’issue de l’annonce que ces stages viennent soutenir un aspect sous-développé de la recherche au Québec qu’il souhaite vivement voir grandir, soit celui de la recherche appliquée.

«Nous sommes très bien au Québec en matière de recherche fondamentale quand on se compare à d’autres pays de l’OCDE. Quand on regarde par contre les start-ups, nous sommes déficients, clairement déficients.

«D’avoir des jeunes qui sortent avec un doctorat, une maîtrise universitaire, qui vont en entreprise faire des recherches appliquées, c’est ça le nœud gordien. C’est ça qui va débloquer la performance de nos start-ups», a-t-il insisté.

Aveugle et chercheuse

Une de ces stagiaires, Nathalie Gingras-Royer, a illustré cette réalité on ne peut plus concrètement lorsqu’elle est montée à son tour au podium. La jeune femme venait de compléter sa maîtrise en science de la vision, à l’école d’optométrie de l’Université de Montréal, formation qui comprenait un stage dans une entreprise de services infonuagiques. Le stage s’insérait dans le développement de technologies destinées aux personnes ayant une déficience visuelle.

«J’ai une certaine expérience dans le domaine, puisque depuis huit ans maintenant, je suis fonctionnellement aveugle», a raconté la jeune femme.

«Les technologies ont une place vraiment importante auprès de la population vivant avec une déficience visuelle, puisqu’elles favorisent vraiment l’autonomie et la participation sociale», a-t-elle expliqué.

Elle a notamment donné l’exemple des fonctions d’accessibilité que l’on peut désormais obtenir sur les téléphones intelligents. «Ça fait vraiment la différence et les applications mobiles qui existent dans ces appareils sont largement utilisées. En plus, ce sont des technologies qui sont non stigmatisantes.»

Soulignant que «plusieurs obstacles demeurent» pour les personnes aux prises avec une déficience visuelle, Nathalie Gingras-Royer a insisté sur l’importance de l’innovation et de la recherche pour continuer d’améliorer la situation.

Une volonté d’aller en région

Le principe des stages Mitacs est de fournir de jeunes chercheurs aux entreprises, particulièrement les PME, qui ne déboursent que la moitié du salaire. Québec et Ottawa se partagent l’autre moitié des salaires à parts presque égales.

Pierre Fitzgibbon reconnaît que la région de Montréal «reçoit la majorité» de ces stages. Mais il se dit confiant de voir ces stages s’étendre ailleurs avec les zones d’innovation créées dans les régions, notamment pour la filière batterie à Trois-Rivières, Shawinigan et Bécancour, pour l’aluminium, avec une zone d’innovation à venir dans le Saguenay ou à Bromont, où on a créé une zone d’innovation microélectronique. «Les zones d’innovation vont promouvoir ces stages, donc l’idée c’est d’avoir une répartition équitable à travers le Québec.»

À la une

Négociations à TVA: un lock-out n'est pas à exclure, dit PKP

Les pourparlers entre la direction et le syndicat se déroulent actuellement en présence d’un médiateur.

Télécom: «Ça devient encore plus concurrentiel», note le patron de Québecor

Québecor a dévoilé jeudi des résultats inférieurs aux attentes des analystes.

Hausses de bénéfices pour Québecor, au 4T de 2023 et pour l'exercice

Le conseil d’administration a déclaré mercredi un dividende trimestriel de 0,325 $ par action.