Le Pentagone investit 2G $US dans l'intelligence artificielle

Publié le 07/09/2018 à 12:30

Le Pentagone investit 2G $US dans l'intelligence artificielle

Publié le 07/09/2018 à 12:30

Par AFP

L’agence de recherche du Pentagone, la Darpa, a annoncé vendredi un investissement de 2 milliards de dollars américains dans l’intelligence artificielle pour développer des machines capables d’apprendre toutes seules à s’adapter à des situations changeantes.

Ces fonds permettront à l’Agence pour les projets de recherche avancée de défense (Defense Advanced research projects agency) de financer une vingtaine de projets déjà entamés et d’en lancer « de multiples » autres dans les 12 prochains mois, a précisé le directeur de la Darpa, Steven Walker, au cours d’une conférence près de Washington.

Ces investissements sont destinés à « transformer les ordinateurs, pour les faire passer d’outils spécialisés à partenaires dans la résolution des problèmes », a ajouté M. Walker, cité dans un communiqué. 

« Nous voulons étudier la façon dont des machines peuvent acquérir une communication et des capacités de raisonnement quasi-humaines, en étant capables de reconnaître qu’une situation ou un environnement a changé et de s’y adapter », a-t-il expliqué.

Les robots actuels, aussi développés et autonomes qu’ils soient, ne peuvent pas être facilement mis à jour lorsqu’une nouvelle technologie apparaît. Les chercheurs veulent qu’ils apprennent à se mettre à jour tout seuls.

Parmi les applications envisagées, la Darpa a cité l’accélération du processus de vérification d’identité qui pourrait permettre d’accorder une habilitation secret-défense à un expert en une semaine au lieu de plusieurs mois actuellement. 

Mais la recherche de la Darpa, financée à 100 % par le Pentagone, est prioritairement destinée à des applications utilisables en situation de combat, comme les drones qui deviendraient ainsi de plus en plus autonomes

À la une

Mini-budget Girard: un exercice d'équilibriste

Mis à jour à 13:06 | Jean-Paul Gagné

CHRONIQUE. Éric Girard avait raison d’afficher un large sourire quand il a présenté son mini-budget.

Négocions un Buy North American, ça presse!

ANALYSE. Le nationalisme économique et le protectionnisme aux É.-U. sont là pour de bon. Il faut un «game changer».

Que la politique s'occupe mieux de nous!

COURRIER DES LECTEURS. Le taux de participation, je l’ai aussi en travers de la gorge! Mais pas pour les mêmes raisons…