L'UNESCO travaillera sur l'éthique en intelligence artificielle

Publié le 21/11/2019 à 11:01

L'UNESCO travaillera sur l'éthique en intelligence artificielle

Publié le 21/11/2019 à 11:01

Par AFP
Un homme avec un cerveau numérique

(Photo: 123RF)

Les États membres de l’UNESCO ont décidé jeudi de mandater cette agence de l’ONU pour travailler à l’élaboration de normes éthiques en matière d’intelligence artificielle, a-t-on appris auprès de l’UNESCO.

« Ce fut une décision à l’unanimité » de la part de pays aux positions très diverses sur ces questions, « c’est une belle journée ! », s’est-on félicité au Secrétariat de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture, après la décision des 193 pays membres.

L’UNESCO va donc faire appel à des experts internationaux qui travailleront au cours des 18 prochains mois « au premier instrument normatif mondial » dans ce domaine.

À l’ouverture de la conférence générale de l’institution (12-27 novembre), sa directrice générale, Audrey Azoulay, avait plaidé pour « la construction d’une vision partagée des questions d’éthique liées à l’intelligence artificielle » qui « s’appuie sur le réseau d’experts » de l’UNESCO et sa « légitimité politique ». 

« L’intelligence artificielle dépasse le registre de l’innovation, c’est aussi une rupture anthropologique majeure qui nous place devant des choix éthiques », a-t-elle lancé en appelant la Conférence générale à « prendre une décision historique » en donnant ce mandat à l’UNESCO.

Les experts vont donc réfléchir aux moyens d’encadrer le développement de l’IA par un certain nombre de grands principes, sans l’entraver pour autant. 

Ils se pencheront sur tous les sujets qu’ils estimeront nécessaires, affirme-t-on à l’UNESCO, liés par exemple à la diversité culturelle ou de genre, ou encore à la diffusion des savoirs et technologies, les pays en développement ne souhaitant pas rester en marge de cette révolution technologique.

Un des problèmes les plus souvent évoqués en matière d’IA est les algorithmes discriminatoires, du fait des biais introduits par les humains.  

L’IA est en effet basée sur l’apprentissage automatisé à partir de données insérées par le concepteur, que la machine analyse. Si cette matière première est biaisée, le résultat ne peut qu’en être faussé.

À suivre dans cette section


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

Sur le même sujet

Une IA de McGill pour freiner la propagation de la COVID-19

Elle sera mise à l’essai dès le mois prochain auprès d’une soixantaine de patients au Québec et en Ontario.

L'IA tue impitoyablement nos jobs. Voici comment!

18/02/2020 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. Non, l'intelligence artificielle n'est pas synonyme de progrès, mais de dévastation pour l'emploi.

À la une

Le Québec brille à l'international dans les poudres métalliques

Édition du 17 Juin 2020 | Kévin Deniau

MATÉRIAUX AVANCÉS. En matière de fabrication additive, l'un des points forts du Québec les plus souvent évoqués est...

La COVID-19 a stimulé la demande de fabrication additive

Édition du 17 Juin 2020 | Kévin Deniau

MATÉRIAUX AVANCÉS. C'est l'une des belles histoires positives qui apportent un peu de contraste à cette sombre crise.

Le grand défi de l'adoption de la fabrication additive

Édition du 17 Juin 2020 | Kévin Deniau

MATÉRIAUX AVANCÉS. Avec 35 % des ventes mondiales, les États-Unis représentent le premier marché pour la fabrication...