Intelligence artificielle: Real Ventures lance un fonds de capital-risque de 180M$

Publié le 30/11/2017 à 06:10, mis à jour le 30/11/2017 à 06:21

Intelligence artificielle: Real Ventures lance un fonds de capital-risque de 180M$

Publié le 30/11/2017 à 06:10, mis à jour le 30/11/2017 à 06:21

Par Denis Lalonde

Sylvain Carle. (Photo: courtoisie)

Pour son dixième anniversaire, l'entreprise de capital-risque Real Ventures dévoile un nouveau fonds totalisant 180 millions de dollars qui ciblera entre autres le secteur de l'intelligence artificielle.

Le fonds permet à la société de plus que doubler ses actifs sous gestion, qui totalisent 330 millions de dollars.

Cela constitue un énorme contraste avec le tout premier fonds de la société, doté de capitaux totalisant 3 millions de dollars, lancé en 2007.

Grâce à ce fonds, les actifs totaux sous gestion de Real Ventures atteindront 330 millions de dollars.

Teralys, la Banque de développement du Canada (BDC), Investissement Québec et la Caisse de dépôt et placement du Québec sont au nombre des investisseurs, tout comme le fonds américain Harbourvest et les fonds asiatiques Tencent (Chine) et Temasek (Singapour).

Le nouveau fonds sera, dans les faits, scindé en deux. Des sommes recueillies, 30 millions de dollars seront dédiés à OrbiteMTL, nouveau fonds dont la mission sera d'investir dans les startups au stade d’accélérateurs et de pré-amorçage au Québec. Les 150 millions de dollars restants serviront à «renforcer la stratégie pancanadienne d’investissement de démarrage déjà établie par Real Ventures».

Sylvain Carle, associé chez Real Ventures et directeur de l'accélérateur FounderFuel, explique que l'entreprise a mis cette stratégie en place pour être en mesure d'offrir les bons conseils aux entreprises selon leur stade de croissance. «Entre les moments où une startup quitte un accélérateur et où elle commence à générer des ventes récurrentes, il peut s'écouler un certain laps de temps. On s'est rendu compte que peu d'entreprises offraient du financement à ce stade bien précis et on y a vu beaucoup de potentiel», dit-il.

À lire, notre dossier IA: le Québec prend part à la révolution

Si FounderFuel investit 100 000 dollars dans les startups qui se joignent à son programme d'accélération, OrbiteMTL vise plutôt des investissements de 250000 dollars. De son côté, le fonds principal offrira des financements variant entre 750000 et 1,5 million de dollars.

Real Ventures se donne quatre ans pour investir les 180 millions de dollars et dit vouloir cibler l'ensemble du territoire canadien.

Des fonds internationaux grâce à l'intelligence artificielle

Depuis sa création, Real Ventures a toujours été spécialisée dans l'accompagnement d'entreprises technologiques. «Au fil des ans, les trois piliers de la société ont été la mobilité, la disponibilité des logiciels à code source libre et l'infonuagique. Plus récemment, un 4e pilier a vu le jour avec l'intelligence artificielle, venue positionner toute la réflexion qu'on avait avec les données volumineuses depuis quelques années», explique Sylvain Carle.

Ce n'est pas un hasard si Real Ventures a participé à la fondation de la société montréalaise Element AI, qui a obtenu un financement de 137,5 millions de dollars en juin dernier. La mission de l'entreprise est d'intégrer l'intelligence artificielle dans les secteurs de la finance, du manufacturier, de la robotique, de la logistique et de la cybersécurité.

«En ayant l'intelligence artificielle comme moteur à Montréal et Toronto, où nous avons une forte présence, ça nous a permis d'aller chercher des investisseurs plus internationaux dans ce fonds. La participation d'investisseurs étrangers montre que les écosystèmes de startups du Québec et du Canada sont bien perçus à l'extérieur du pays», croit-il.

M. Carle estime que le Québec et le Canada sont à la dixième année d'un cycle de 20 ans dans leur écosystème de startups et d'innovation.

« La quantité et la qualité des startups est au rendez-vous. Autre élément important, les entrepreneurs avec qui on parle ont des ambitions mondiales. La dernière chose que je veux voir, comme je le dis souvent à la blague, c'est d'un entrepreneur qui veut créer un 'Youtube pour le Québec' »

 

Avec ces nouveaux fonds, Real Ventures souhaite se donner les moyens de soutenir ses ambitions internationales tout en faisant preuve d'une certaine humilité.

«On a accompli beaucoup au cours des dix dernières années, mais on se retrousse les manches parce qu'il y a encore énormément à accomplir au cours de la prochaine décennie. Tous les ingrédients sont réunis pour que certaines entreprises en croissance arrivent à créer des sièges sociaux à plusieurs centaines ou milliers d'employés, mais nous n'y sommes pas encore. On va rester ambitieux, mais humbles», dit-il.

Outre Element AI, Real Ventures a accompagné de nombreuses entreprises depuis sa création, dont Breather, League, Planora, SweetIQ, Universe, Vrvana, Password Box et Frank & Oak.

À suivre dans cette section


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 - Québec

Mercredi 18 mars

Sur le même sujet

La pénurie de main d'oeuvre nuit à la croissance des PME, selon la BDC

«La pénurie de main-d'oeuvre, pour la première fois, limite la croissance des investissements.»

Les entreprises canadiennes souffrent d'un cruel manque de performance, selon la BDC

08/05/2018 | lesaffaires.com

Une étude publiée ce matin par la BDC propose des solutions pour améliorer les PME canadiennes.

À la une

Le titre de SNC-Lavalin bondit au lendemain des élections

Au lendemain du scrutin, l'action de SNC-Lavalin a effectué un bond à la Bourse de Toronto.

Le parti libéral devra mettre un peu d'eau dans son vin

06:51 | AFP

«Si le parti libéral fait les concessions attendues par le NPD, on peut s'imaginer que ça durera au moins 18 à 24 mois.»

Le PDG de Nike tire sa révérence

16:39 | AFP

Il était à la tête de l’entreprise depuis 2006.