FTX: un ancien cadre coupable de contributions électorales illégales et de complot

Publié le 08/09/2023 à 09:31

FTX: un ancien cadre coupable de contributions électorales illégales et de complot

Publié le 08/09/2023 à 09:31

Par La Presse Canadienne

Ryan Salame, ancien co-directeur général de FTX Digital Markets, est le quatrième haut responsable de l’entreprise ou de l’une de ses filiales à plaider coupable à des accusations criminelles. (Photo: Getty Images)

New York — Un ancien cadre supérieur de l’émetteur de cryptomonnaie FTX en faillite a plaidé coupable jeudi d’avoir versé des dizaines de millions de dollars en contributions illégales aux campagnes électorales de politiciens américains et de s’être engagé dans un complot criminel visant à exploiter une entreprise de transfert d’argent sans licence.

Ryan Salame, ancien co-directeur général de FTX Digital Markets, est le quatrième haut responsable de l’entreprise ou de l’une de ses filiales à plaider coupable à des accusations criminelles.

Dans le cadre d’un accord avec les procureurs, il a accepté de retourner jusqu’à 1,55 milliard de dollars d’actifs. Il pourrait également être appelé comme témoin au procès du fondateur de FTX, Sam Bankman-Fried, qui a été arrêté l’année dernière aux Bahamas et extradé vers les États-Unis pour faire face à des accusations selon lesquelles il aurait commis une multitude de crimes alors qu’il gérait la populaire plateforme d’échange de monnaie numérique.

M. Salame, 30 ans, a admis devant un juge de Manhattan qu’il avait utilisé illégalement des millions de dollars d’un fonds spéculatif contrôlé par M. Bankman-Fried pour offrir des contributions politiques en 2020 et 2021 aux démocrates et aux républicains.

Le but de ces dons, a-t-il expliqué, était de financer des initiatives politiques soutenues par M. Bankman-Fried. Dans une plainte pénale dévoilée jeudi, les procureurs ont déclaré avoir obtenu des messages privés dans lesquels M. Salame écrivait que M. Bankman-Fried voulait soutenir les politiciens des deux partis qui étaient «pro crypto», tout en s’efforçant de déloger des législateurs «anti crypto».

La condamnation de M. Salame était provisoirement prévue pour mars. En attendant celle-ci, il a été libéré de prison fédérale et a quitté le palais de justice sans parler aux journalistes.

Un avocat de M. Salame, Jason Linder, n’a pas commenté la situation.

Bankman-Fried attend son procès pour avoir fraudé des clients en détournant leur argent pour couvrir ses dépenses, en contribuant illégalement à une campagne et en effectuant des transactions dans un fonds spéculatif cryptographique distinct qu’il a fondé, Alameda Research.

Trois autres dirigeants proches de M. Bankman-Fried ont déjà plaidé coupables: Caroline Ellison, Nishad Singh et Gary Wang.

Le procès de M. Bankman-Fried est pour sa part prévu pour octobre.

M. Bankman-Fried a plaidé non coupable. Il était en liberté sous caution en attendant son procès, mais il a récemment été emprisonné après qu’un juge a statué qu’il avait tenté d’influencer des témoins potentiels dans cette affaire, notamment en communiquant les écrits privés de Mme Ellison aux agences de presse.

Avant que FTX ne s’effondre et ne déclare faillite en novembre, M. Bankman-Fried était l’un des entrepreneurs américains en cryptomonnaie les plus connus. Son entreprise avait embauché des célébrités pour apparaître dans des publicités télévisées.

Sur le même sujet

L'or à son plus haut historique, record du Bitcoin depuis avril 2022

Mis à jour le 04/12/2023 | AFP

La cryptomonnaie s'est envolée lundi à plus de 42 000 dollars américains.

Sam Bankman-Fried, météorite des cryptomonnaies, de la gloire à la prison

03/11/2023 | AFP

À l’issue de cinq semaines de procès, «SBF», 31 ans, encourt désormais jusqu’à 110 ans de réclusion criminelle au total.

À la une

Attention avec la révolution des «Top Guns»

EXPERT. Ne rêvons pas en couleur. Rappelons-nous que la classe managériale n’a pas toutes les réponses à nos problèmes

Les nouvelles du marché du mercredi 22 mai

Mis à jour à 08:49 | Refinitiv

Power Corporation ferme son unité chinoise et licencie du personnel.

Le fondateur du Forum économique de Davos, Klaus Schwab, va passer la main

Il y a 40 minutes | AFP

Aucune précision n’a été donnée sur le nom du successeur de Klaus Schwab.