Facebook, déjà dans la tourmente, émerge d'une panne géante

Publié le 04/10/2021 à 20:30, mis à jour le 04/10/2021 à 20:32

Facebook, déjà dans la tourmente, émerge d'une panne géante

Publié le 04/10/2021 à 20:30, mis à jour le 04/10/2021 à 20:32

Par AFP

(Photo: Solen Feyissa pour Unsplash)

Facebook, Instagram, WhatsApp et Messenger, les deux réseaux sociaux et les deux messageries du géant californien, se relevaient doucement lundi d’une panne sans précédent, qui a plongé le groupe dans une double crise après les révélations au grand jour d’une lanceuse d’alerte. 

« À l’immense communauté de personnes et entreprises dans le monde qui dépendent de nous : nous sommes désolés. Nous travaillons dur à vous redonner accès à nos applis et services et sommes heureux de vous dire qu’ils reviennent en ligne en ce moment », a tweeté l’entreprise lundi, après sept heures de panne. 

Les problèmes techniques ou de cybersécurité qui bloquent temporairement l’accès à des sites et applications ne sont pas rares. 

Mais c’est « la plus importante jamais observée » par Downdetector, un site de suivi de ce genre d’incidents, qui a recensé plus de 5,6 millions de signalements venus du monde entier. 

Cet incident majeur tombe très mal pour la firme de Mark Zuckerberg. 

Elle traverse l’une des pires crises sur sa réputation depuis deux semaines, à cause d’une ancienne ingénieure, Frances Haugen, qui a accusé le groupe de choisir « le profit plutôt que la sûreté » de ses utilisateurs, dans un entretien diffusé par la chaîne CBS dimanche. 

Ses révélations ont donné un nouvel élan aux nombreux critiques de Facebook, notamment les élus américains qui cherchent à reprendre le contrôle sur ses plateformes omniprésentes. 

La lanceuse d’alerte sera ainsi interrogée par une commission parlementaire mardi, l’occasion pour les sénateurs de faire valoir leurs nombreux griefs contre le groupe tentaculaire — ses quatre plateformes sont utilisées tous les mois par quelque 3,5 milliards de personnes.

 

Une journée qui fait mal

Par ailleurs, la fortune du richissime Mark Zuckerberg, co-fondateur de Facebook, a fondu de plus de 6 milliards de dollars américains (G$US) en quelques heures après une chute du titre en Bourse, qui a fait les frais de critiques sur sa politique doublées d'une méga-panne lundi.

Poids lourd du Nasdaq, Facebook a plongé de 4,89% à 326,23 $US, cumulant les déboires entre les accusations d'une lanceuse d'alerte sur la politique du groupe et une panne majeure affectant l'accès à ses réseaux et messageries de plusieurs millions de ses utilisateurs. Depuis ses sommets début septembre, le titre a perdu 15%.

Le réseau social est d'abord en butte aux accusations d'une lanceuse d'alerte qui va témoigner devant le Congrès mardi pour affirmer que Facebook choisit «le profit plutôt que la sûreté». Des recherches internes au groupe ont montré que son réseau social Instagram a des effets négatifs sur le moral des adolescentes.

A cela s'est ajoutée lundi une méga-panne empêchant l'accès aux quatre réseaux et messageries du groupe – Facebook, Instagram, Whatsapp et Messenger - d'ordinaire fréquentés tous les mois par quelques 3,5 milliards de personnes dans le monde.

A cause de la chute de ses actions, le patron du groupe Mark Zuckerberg, 37 ans, a perdu plus de 6 (G$US) en quelques heures, faisant tomber sa fortune à 121,6 milliards, affirme un décompte de Bloomberg. Ses pertes atteignent 15 milliards depuis la mi-septembre. 

Sur le même sujet

Meta démantèle un réseau de désinformation sur la guerre en Ukraine

27/09/2022 | AFP

Au total, la société dit avoir bloqué 1 633 comptes, 703 pages et un groupe sur Facebook ainsi que 29 comptes Instagram.

Les contentieux de l'UE avec les GAFAM

14/09/2022 | AFP

Voici un rappel des principales procédures engagées par Bruxelles contre les GAFAM.

À la une

EN DIRECT: suivez les résultats des élections provinciales avec «Les Affaires»

18:56 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Suivez les résultats des élections avec les journalistes de «Les Affaires» et notre expert invité, Raphaël Melançon.

Les bureaux de vote sont fermés

Mis à jour il y a 7 minutes | La Presse Canadienne

Au total, quelque 6 281 942 électeurs étaient appelés à choisir leurs 125 députés.

Les chefs des différents partis politiques se sont aussi rendus voter

Paul St-Pierre Plamondon, qui est allé voter dans sa circonscription de Camille-Laurin, à Montréal, en avant-midi.