Facebook écoutait bien certaines conversations d'usagers

Publié le 14/08/2019 à 06:54

Facebook écoutait bien certaines conversations d'usagers

Publié le 14/08/2019 à 06:54

Par AFP

Facebook a payé des centaines de sous-traitants pour transcrire des extraits sonores de conversations de certains usagers, révèle mardi l'agence Bloomberg, bien que le premier réseau social au monde ait longtemps nié agir de la sorte pour mieux calibrer ses publicités ou pages d'information.

Dans un communiqué transmis à l'agence financière, Facebook reconnaît avoir fait transcrire des enregistrements sonores de conversations --avec l'autorisation des usagers-- mais affirme avoir mis fin à cette pratique.

«Tout comme Apple ou Google, nous avons gelé la pratique de faire écouter les enregistrements sonores par des humains la semaine dernière», explique le réseau social.

Interrogé par l'AFP, Facebook n'a pas répondu dans l'immédiat.

Facebook explique avoir eu l'autorisation de procéder à la transcription de leur conversation par des usagers de son application Messenger.

Les sous-traitants vérifiaient si l'intelligence artificielle du réseau interprétait correctement les messages qui avaient été rendus anonymes.

Selon Bloomberg, les employés qui sont chargés de la transcription s'inquiètent des implications éthiques de leur travail, n'étant ni informés de l'origine des enregistrements des conversations, ni de l'usage qu'en fait l'entreprise fondée par Mark Zuckerberg.

Amazon, Apple et Google, qui vendent tous des assistants vocaux, avaient déjà reconnu faire de même pour améliorer les réponses de leurs applications. Apple et Google ont indiqué avoir abandonné la pratique ces dernières semaines.

Amazon donne le choix aux usagers de bloquer l'utilisation de leurs échanges avec Alexa, l'intelligence artificielle qui anime ses assistants vocaux Echo.

Facebook, qui vient tout juste de payer une amende record de 5 milliards de dollars aux autorités fédérales américaines pour un mauvais usage des données privées de ses usagers, a longtemps nié utiliser des enregistrements audio pour pouvoir mieux cibler ses publicités ou rendre ses pages plus attractives.

Le fondateur et PDG du géant des réseaux sociaux avait rejeté l'idée même lors d'une audition devant le Congrès en avril 2018.

«Vous parlez d'une théorie du complot qui circule affirmant que nous écoutons ce qui se passe dans votre micro et que nous l'utilisons pour de la pub», avait répondu le jeune milliardaire à une question du sénateur Gary Peters. «Nous ne faisons pas ça» avait-il répliqué fermement.

Plus tard, Facebook avait précisé qu'il n'accédait au microphone d'un usager uniquement si ce dernier avait donné l'autorisation à l'application.

Selon Bloomberg, l'entreprise n'avait pas précisé ce qu'elle faisait ensuite des enregistrements.


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 - Québec

Mercredi 18 mars

Sur le même sujet

Des partenaires de la future monnaie virtuelle de Facebook doutent

02/10/2019 | AFP

Visa et Mastercard seraient en train de «reconsidérer leur implication» dans le projet.

Nextdoor Canada: la vie de quartier pour se démarquer de Facebook (et de Rousseau)

26/09/2019 | Alain McKenna

BLOGUE. En s’identifiant pour vrai, les gens ont tendance à présenter le meilleur d’eux-mêmes. Mais pas tout le temps...

À la une

Medfar veut séduire les médecins de la planète

Édition du 19 Octobre 2019 | Claudine Hébert

PME DE LA SEMAINE. Elle développe la 1ère plateforme de dossier médical électronique infonuagique certifiée du Québec.

Cybersécurité financière: Flare Systems obtient un financement d'amorçage de 1M$

14:30 | Pascal Forget

L'entreprise de cybersécurité financière Flare Systems vient de finaliser une ronde de financement d'amorçage de 1M$.

Cessez de toujours faire plus, faites mieux!

BLOGUE INVITÉ. Un changement d'attitude qui, mine de rien, présente des bienfaits vertigineux...