Des experts du numérique s'associent pour outiller les PME

Publié le 16/04/2020 à 20:15

Des experts du numérique s'associent pour outiller les PME

Publié le 16/04/2020 à 20:15

Par Catherine Charron

Les PME moins technophiles pourront elles aussi profiter des initiatives comme le Panier Bleu et Ma Zone Québec grâce au travail de l'Escouade numérique. (Photo: Glenn Carstens-Peters/ La Presse canadienne)

L’achat local est sur toutes les lèvres alors que les conséquences de la COVID-19 pèsent toujours plus sur le Québec inc. Les PME moins technophiles pourront elles aussi profiter des initiatives comme le Panier Bleu et Ma Zone Québec grâce au travail de l'Escouade numérique, un collectif de spécialistes aux champs d'expertise variés. C'est du moins son objectif.

La philosophie derrière cette initiative, c’est le partage de connaissance et de meilleures pratiques.

«Les crises permettent d’identifier les points faibles. On savait qu’au Québec, on avait un retard sur certains aspects du virage numérique», explique Elisabeth Starenkyj, porte-parole de l’OBNL et associée principale et co-présidente de La Tête Chercheuse.

Une équipe d’une vingtaine d’experts bénévoles, menée par Olivier Châtelain et David Gravel de Flair Stratégie et Guillaume Bouchard de CONTXTFUL, s’est donc formée à la fin de mars pour développer ce «Wikipédia» de la transformation numérique.

Sur ce site web lancé au début du mois d’avril, un dirigeant d’entreprise apprendra notamment comment optimiser sa publicité locale ou encore comment adapter ses remue-méninges créatifs au télétravail.

Cette plateforme n’est ni mercantile, ni un appât à nouveaux clients assure Mme Starenkyj. Si ces spécialistes transmettent leur savoir, ce serait simplement pour faire leur part et aider les PME de la province.

Afin de s’assurer de diffuser «des bonnes pratiques» du développement numérique, autant pour les PME qui maîtrisent les codes du web que celles qui le font un peu moins, chacun des experts est soigneusement choisi.

Pour l’instant, 25 spécialistes de la communication, du marketing, des relations publiques ou des ressources humaines de partout au Québec signent ces articles. On devrait en compter une centaine prochainement, indique la porte-parole de l’OBNL.

L’Escouade numérique souhaite aider chaque année près de 240 000 PME, et enregistrer 20 000 visites mensuellement. «Ce serait une masse critique qui nous indiquerait qu’on a eu un impact significatif», illustre Elisabeth Starenkyj. Il semblerait que, déjà, l’équipe serait sur la bonne voie pour atteindre son objectif dès avril.

Un répertoire pérenne

Sa boîte à outils étant maintenant opérationnelle, l’Escouade numérique planche sur sa deuxième phase.

Des contenus audio et vidéo sont en développement, de même que des outils pour rendre la plateforme plus interactive. «Ceux qui consultent le site web pourront démarrer des discussions et échanger avec les experts. À terme, ce sera un lieu vivant », affirme Mme Starenkyj.

D’ici quelques semaines, le contenu audio et vidéo devrait apparaître sur le site. Ici aussi, les effets de la distanciation sociale se font sentir, ce qui ralentit parfois le processus raconte la porte-parole au bout du fil.

Le retour à la normale ne signifiera pas la fin de ce nouvel outil de référence, bien au contraire. «Ça se veut un lieu de rencontre et d’échanges qui va durer dans le temps, et qui aura un impact chez les PME du Québec», espère Elisabeth Starenkyj.


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre


image

Adjointes administratives

Mercredi 14 octobre


image

Femmes Leaders

Mercredi 21 octobre

Sur le même sujet

À la une

Voulons-nous vraiment vivre dans ce monde?

ANALYSE - Contrairement à la COVID-19, il n'y aura pas de vaccin pour nous sauver si le climat de la Terre s'emballe.

La Bourse sur une perspective de 100 ans (partie II)

BLOGUE INVITÉ. L'histoire du 20e siècle nous démontre que des changements majeurs sont à prévoir au 21e siècle.

La Bourse sur une perspective de 100 ans

11/09/2020 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Les leaders d’aujourd’hui ne seront pas nécessairement les leaders de demain.