Concurrence déloyale: Google défend son Play Store dans un procès

Publié le 06/11/2023 à 09:31, mis à jour le 06/11/2023 à 09:32

Concurrence déloyale: Google défend son Play Store dans un procès

Publié le 06/11/2023 à 09:31, mis à jour le 06/11/2023 à 09:32

Par La Presse Canadienne

Le procès devant le juge de district américain James Donato devrait durer jusqu'à Noël et comprendra le témoignage de Sundar Pichai, le PDG de la société mère de la société, Alphabet Inc. (Photo: 123RF)

Google tentera lundi de protéger une partie lucrative de son empire Internet alors même qu'il est toujours empêtré dans le plus grand procès antitrust américain depuis un quart de siècle.

La dernière menace se déroulera devant un tribunal fédéral de San Francisco, où un jury de 10 personnes décidera si le système de traitement des paiements numériques de Google dans le Play Store, qui distribue des applications pour les téléphones fonctionnant sur son logiciel Android, a fait grimper illégalement les prix pour les consommateurs et les développeurs.

Le procès devant le juge de district américain James Donato devrait durer jusqu'à Noël et comprendra le témoignage de Sundar Pichai, cadre de longue date de Google, qui est maintenant PDG de la société mère de la société, Alphabet Inc.

Sundar Pichai a récemment comparu à la barre des témoins à Washington D.C. lors d'un procès antitrust opposant la domination de longue date de Google dans la recherche sur Internet et la tentative du ministère américain de la Justice de la réduire au motif que l'entreprise abusait de son pouvoir pour étouffer la concurrence et l'innovation.

L'affaire visant le Play Store de Google est portée par Epic Games, le fabricant du populaire jeu vidéo Fortnite, qui a perdu lors d'un procès similaire en 2021 axé sur bon nombre des mêmes problèmes dans la boutique d'applications iPhone d'Apple.

Même si un juge fédéral s'est rangé du côté d'Apple sur la plupart des fronts lors de ce procès, le résultat a ouvert une fissure potentielle dans la forteresse numérique que l'entreprise a construite autour de l'iPhone.

Le juge et une cour d'appel ont tous deux déterminé qu'Apple devrait autoriser les applications à fournir des liens vers d'autres options de paiement, un changement qui pourrait remettre en cause les commissions de 15 à 30% qu'Apple et Google perçoivent sur les achats numériques effectués dans une application mobile.

Apple fait appel de cette partie de la décision devant la Cour suprême des États-Unis, où Epic Games conteste également la plupart des éléments du procès qu'il a perdu.

Epic Games s'en prend désormais au système de commissions de Google, même si le logiciel Android est déjà configuré pour permettre à d'autres magasins, comme celui de Samsung installé sur ses téléphones, de distribuer des applications qui fonctionnent sur son système d'exploitation.

Malgré cela, Epic Games allègue que Google maintient toujours la mainmise sur l'écosystème des applications Android et le système de paiement qui y est associé, et a payé des centaines de millions de dollars pour étouffer la concurrence.

Tout comme Apple l'a fait lors de son procès, Google défend ses commissions comme un moyen d'être compensé pour tout l'argent qu'il investit dans son Play Store et affirme que les contrôles sur celui-ci sont un moyen de protéger la sécurité des dizaines de millions de personnes dans les États-Unis qui téléchargent des applications pour les téléphones fonctionnant sous Android.

Google devait initialement se défendre contre plusieurs adversaires lors du procès, mais en septembre, il a réglé les allégations portées contre le Play Store par les procureurs généraux de l'État et a résolu la semaine dernière une affaire poursuivie par Match Group, le propriétaire de Tinder et autres services de rencontres en ligne.

Le règlement Match a incité Google à passer de sa demande initiale de procès devant jury à une procédure devant être tranchée par le juge, mais le juge Donato a rejeté la proposition.

Le PDG d'Epic Games, Tim Sweeney, a qualifié l'option de «facturation au choix de l'utilisateur» d'imposture dans une publication sur les réseaux sociaux, promettant de combattre Google devant les tribunaux. Tim Sweeney devrait également comparaître à la barre des témoins pendant le procès.

Wilson White, vice-président des affaires gouvernementales et des politiques publiques de Google, a accusé Epic Games d'essayer d'obtenir «quelque chose pour rien» dans un article de blogue.

Après avoir souligné qu'Epic Games avait déjà perdu l'essentiel de son procès contre Apple, Wilson White a fustigé le créateur de jeux pour avoir «tenté sa chance avec Android en intentant une action qui a encore moins de mérite».

Sur le même sujet

À la une

Comment affronter la pénurie de main-d'oeuvre à long terme

Il y a 27 minutes | Pierre Graff

Plusieurs solutions s’offrent pour régler le problème de main-d’œuvre et hausser la productivité au Québec.

La Chine veut énergiser son économie en déclin

Mis à jour il y a 13 minutes | La Presse Canadienne

Les espoirs d'une reprise forte après la fin des contrôles sanitaires sévères à la fin de 2022 n'ont pas été comblés.

Les nouvelles du marché du lundi 4 mars

Mis à jour il y a 54 minutes | Refinitiv

Les producteurs de l'OPEP+ prolongent les réductions de la production de pétrole jusqu'au T2.