Entrevue n°190: Sylvain Carle, évangéliste techno chez Twitter

Offert par Les Affaires


Édition du 08 Février 2014

Entrevue n°190: Sylvain Carle, évangéliste techno chez Twitter

Offert par Les Affaires


Édition du 08 Février 2014

Par Diane Bérard

Sylvain Carle, évangéliste techno chez Twitter

L'entrepreneur en série Sylvain Carle a contribué au développement de l'écosystème techno montréalais. Au printemps 2012, il met le cap sur Silicon Valley, pour la seconde fois de sa carrière. Il envisage Google et Facebook, mais opte pour Twitter, «parce qu'elle est plus petite». Je l'ai rencontré lors de son passage à Montréal où il est venu prononcer une conférence aux Creative Mornings.


Diane Bérard - Vous êtes «évangéliste techno» chez Twitter. Que faites-vous de vos journées ?


Sylvain Carle - Je travaille avec les partenaires d'affaires et les développeurs externes de Twitter. J'agis comme intermédiaire - médiateur - entre leurs questions et leurs besoins, et l'offre de Twitter.


D.B. - À quoi sert Twitter pour les entreprises ?


S.C. - Cela équivaut à me demander à quoi sert un crayon... Il faut d'abord comprendre les attributs principaux de Twitter. C'est le seul grand réseau social public. Il est en temps réel. C'est le pouls de la planète. Et Twitter est conversationnel. Cet attribut est celui qui pose le plus grand défi aux entreprises. Leur univers est unidirectionnel. Les communications et les relations publiques envoient des messages. Le service à la clientèle, lui, en reçoit. Aucun service n'a l'habitude de faire les deux. Les grandes entreprises qui utilisent vraiment bien Twitter ont non seulement intégré le bi-directionnel, mais elles l'ont intégré horizontalement. Par exemple, l'ingénieur qui dessine la prochaine voiture peut en parler sur les réseaux sociaux.


D.B. - Donnez-nous un exemple d'entreprise qui utilise bien Twitter et les réseaux sociaux.


S.C. - Je vais vous citer une entreprise moderne dans une vieille industrie, Tesla. Lorsque le feu s'est déclaré dans une voiture Tesla, Elon Musk [le fondateur] a pris le micro, a blogué, a tweeté. Il a pris la place. Twitter sert à réagir, à écouter, à ramasser de l'information, à savoir ce que les gens disent de vous, de vos concurrents. Cessez d'avoir peur des médias sociaux. Ce n'est pas grave, c'est juste un tweet.


D.B. - Vous accordez peu d'importance aux angoisses de sécurité des entreprises...


S.C. - Quand un v.-p. possède à la fois un iPhone et un BlackBerry, ça me dit que son service techno est coincé dans le 20e siècle. Que l'entreprise est otage de la sécurité. Les organisations modernes font de la techno un centre de profit. Le v.-p. techno relève du pdg. Dans les autres entreprises, il relève du v.-p. finance.


D.B. - Comment un dirigeant peut-il apprivoiser Twitter ?


S.C. - Il y a 10 ans, je conseillais aux pdg qui voulaient bloguer de débuter par un blogue personnel sur le vin, le golf, le ski ou n'importe quel autre sujet qui les intéressait. Pour apprendre à presser le bouton «publier», à recevoir des commentaires, à répondre. C'est un «coup de pratique». On peut faire de même avec Twitter.


D.B. - Vous êtes de passage à Montréal pour parler d'innovation...


S.C. - Pas d'innovation. De l'innovation telle que pratiquée dans Silicon Valley.


D.B. - Alors que les méthodes et les consultants en créativité abondent, vous affirmez qu'il n'existe pas de processus pour innover...


S.C. - Tout n'est pas perdu. L'innovation n'est pas un processus, c'est une culture. Il est possible de créer un milieu propice à l'innovation. Toutefois, on ne harnache pas l'innovation comme on harnache un cheval. L'innovation s'apparente plus à un oiseau.


D.B. - Vous êtes tout de même à Silicon Valley, il y a bien quelques trucs pour innover que vous pouvez nous refiler.


S.C. - Innover exige de l'espace mental, du temps et des ressources. Donnez à vos employés le droit d'essayer des choses. Tous les trois mois, Twitter organise une hack week. Pendant celle-ci, nous pouvons travailler sur n'importe quel projet avec les collègues de notre choix. À la fin de la semaine, nous organisons une méga «expo-sciences» où chacun présente son projet. L'entreprise choisit ceux qu'elle développera.


À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

À la une

IA: les fermes à clics remplacent les sweatshops

Il y a 25 minutes | Diane Bérard

BLOGUE. Le glamour de l'IA cache des tâcherons du clic payés sous le salaire minimum pour alimenter les algorithmes.

Défi Start-up 7: comment obtenir du financement?

ENTREVUE. Comment aller chercher du financement? On en parle avec Amira Boutouchent, cofondatrice de Bridgr.

Défi Start-up 7: pourquoi adopter l'approche de pensée design (design thinking)

ENTREVUE. On parle de l’approche de pensée design (design thinking) avec Ana Marinescu, d'Urbana Marketing.