Ces clics qui font frémir les publicitaires

Publié le 12/02/2018 à 14:34

Ces clics qui font frémir les publicitaires

Publié le 12/02/2018 à 14:34

Par Catherine Charron

123rf.com

Les clics robotisés sur les publicités affichées sur le web demeurent un enjeu important pour les publicitaires, selon Maurice Lévy, l'ancien président de la firme de communication française Publicis Groupe.

Puisque de telles données erronées engendrent des pertes à la fois pour les entreprises et les consommateurs, il serait primordial selon lui de s’assurer que ce sont bel et bien des humains qui interagissent avec leur contenu.

«Tant que la situation persiste, nous douterons de l’efficacité de nos campagnes utilisant des algorithmes sur le web », a souligné Maurice Lévy lors du 6e Sommet mondial des gouvernements de Dubaï.

Ce n’est pas la première fois que les géants des technologies se font reprocher leur manque d’initiative pour empêcher ces clics robotisés. L’an dernier, une étude menée par l’université de Californie du sud démontrait que près de 48 millions de comptes Twitter étaient en réalité gérés par des robots.

Le groupe anglo-néerlandais de l'agroalimentaire et des cosmétiques Unilever a d'ailleurs menacé ce lundi de retirer ses publicités en ligne si les Facebook et Google ne s'armaient pas davantage contre les «fake news» ou les propos sexistes et haineux.

Maurice Lévy a toutefois nuancé ses propos en saluant les initiatives de médias sociaux dans leur lutte aux robots et aux fausses nouvelles, mais a soutenu qu’il restait encore beaucoup de travail à faire.

Le Sommet mondial des gouvernements est un rendez-vous annuel des décideurs politiques et des PDG pour réfléchir à ce que deviendra le pouvoir dans le futur.

Avec CNBC.

 

À la une

Santé publique: une gouvernance de broche à foin

BLOGUE. On nous a présenté Horacio Arruda comme étant l’autorité de la Santé publique au Québec. Or, il n'en est rien.

Deux exemples percutants de titres dits «défensifs»

BLOGUE INVITÉ. Jamais n’a-t-on vu le taux de chômage exploser comme on l’a vu au cours des dernières semaines.

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?