Ça brasse chez les réseaux sociaux Groupon et Living Social

Publié le 29/11/2012 à 07:17, mis à jour le 18/10/2013 à 13:41

Ça brasse chez les réseaux sociaux Groupon et Living Social

Publié le 29/11/2012 à 07:17, mis à jour le 18/10/2013 à 13:41

Par AFP

Le titre de Groupon a fondu de 80 % depuis son introduction en Bourse. Photo: Bloomberg

Le fondateur de Groupon Andrew Mason pourrait être débarqué jeudi par son conseil d'administration, tandis que l'un des grands concurrents du site américain de forfaits à rabais sur internet, LivingSocial, s'apprête à licencier des centaines de salariés, selon les médias.

Le conseil d'administration de Groupon va se réunir dans la journée pour étudier un possible changement à la tête du groupe, affirme le quotidien économique Financial Times, citant une personne proche du dossier.

Depuis son introduction en Bourse, il y a un an, à l'occasion d'une opération très médiatisée, le titre Groupon a perdu 80% de sa valeur et l'ensemble de la société ne vaut plus que 2,9 milliards de dollars.

Lisez Groupon punie après avoir admis une erreur comptable

«Quand le titre est en baisse de 80%, les gens se demandent si vous faites bien ce qu'il y a à faire», a reconnu M. Mason, qui est âgé de 32 ans, lors d'une conférence. «Le succès de l'entreprise me tient bien plus à coeur que mon rôle de directeur général», a-t-il fait assuré.

Le Financial Times y a vu l'indication que le fondateur du groupe était disposé à passer la main dans l'intérêt de l'entreprise.

Par ailleurs, selon le Washington Post, le concurrent LivingSocial pourrait licencier jusqu'à 400 personnes aux Etats-Unis. Une partie de ces coupes toucheraient la région de Washington DC, où le groupe a son siège et où il emploie un millier de personnes.

À la une

Une start-up montréalaise s’envole grâce aux Émirats arabes unis

La start-up montréalaise C3RiOS Systems voit le jour grâce aux Émirats arabes unis.

Comment avoir une écoute vraiment attentive?

MAUDITE JOB! «En tant que boss, je devrais être à l'écoute des autres. Mais je n'y arrive vraiment pas...»

Les compagnies aériennes américaines entrevoient l'éclaircie, mais après Omicron

Les compagnies ont fait face à quelques journées très compliquées en fin d’année dernière.