BlockHouse, le théâtre du futur selon Raymond Chabot

Publié le 14/05/2018 à 14:46

BlockHouse, le théâtre du futur selon Raymond Chabot

Publié le 14/05/2018 à 14:46

Par Romeo Mocafico

Animation lors de l'inauguration du BlockHouse (Romeo Mocafico)

Le cabinet comptable Raymond Chabot Grant Thornton tente avec le BlockHouse de se positionner en pionnier de l'expertise de la chaîne de blocs (blockchain).

L’été dernier, la société comptable s’associait à trois jeunes experts en cryptographie pour former Catallaxy. Ce nouveau groupe d’expertise en blockchain a inauguré jeudi dernier le centre d'excellence BlockHouse, et prouve une nouvelle fois la volonté de RCGT de s’investir dans cette nouvelle industrie.

Encourager la mise en place d’un réseau d’expertise de haut niveau, tel est l’objectif de ce nouvel espace au design branché.

«Nous voulons mettre les gens qui s’intéressent à la blockchain en relation. Leur permettre d’échanger des idées, et de parler de leurs projets» explique le directeur des lieux Arthur Prats-Ladous.

Former, éduquer et informer

Loin de faire l’apologie du bitcoin et autres cryptodevises, le centre vise à promouvoir les opportunités qu’offre la blockchain et à encourager les discussions sur les enjeux inhérents à cette technologie.

«On parle là d’une industrie récente. Nous n’avions pas encore de réelles formations ou de centre d’expertise spécialisé dans ce secteur » indique Louis Roy, associé chez Raymond Chabot Grand Thornton.

De gauche à droite: Arthur Prats-Ladous, Emilio B. Imbriglio, Danielle Miller-Olofsson et Louis Roy (Romeo Mocafico)

Louis Roy, le leader en technologie blockchain de Raymond Chabot Grant Thornton insiste également sur le rôle formateur du centre d’expertise, et précise son point de vue sur les cryptomonnaies: «Chez RCGT, en tant qu’experts-comptables, nous n’exprimons aucun avis sur la cryptomonnaie. Au BlockHouse, nous n’avons pas non plus l’ambition de la promouvoir de quelconque manière. Au contraire, j’estime que nous nous devons informer les clients et les inciter à être prudents, comme sur n’importe quel placement.»

Le futur est numérique

La démocratisation de la blockchain risque à terme de bouleverser le secteur comptable. L’audit devra certainement développer des procédés adaptés à l’usage de cette nouvelle technologie pour ne pas rater le coche.

Soucieux de poursuivre sa transition numérique, entamée par les projets IMPO et OPERIO, RCGT tente avec le BlockHouse de se positionner en stratège précurseur.

Lire L'industrie plus que florissante
des grands cabinets comptables

Et l’implication du groupe leader de la comptabilité au Québec dans un tel projet semble souligner la volonté générale du secteur comptable de s’inscrire durablement dans ce projet numérique.

Investir dans les normes de demain

«L’audit du futur sera complètement différent de l’audit actuel. Il est nécessaire de développer des outils permettant de mieux comprendre cette technologie. C’est un investissement à long terme», indique Louis Roy. Un investissement privé «très très important de la part de RCGT, mais nécessaire et défensif» aux yeux de l’expert.

«Défensif», car en s’investissant dans le projet Catallaxy, le cabinet compte participer au développement des normes de demain, et le BlockHouse serait le théâtre de l’élaboration de ces nouveaux outils.

RCGT a d’ailleurs annoncé avoir finalisé leur premier audit d’un fonds de cryptomonnaies, The Crypto Fund, lors de l’inauguration du centre.

Toute une gamme de nouveaux services devrait donc voir le jour dans les prochaines années, assure le groupe comptable. Catallaxy compte d’ailleurs asseoir la pérennité du projet BlockHouse sur la rentabilité de ces futurs services.



 

À la une

Bourse: Wall Street termine sur une note contrastée, après une semaine agitée

Mis à jour à 17:08 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en baisse pour une 3e semaine consécutive.

À surveiller: BlackBerry, Apple et Tourmaline

Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement.

Bourse: partie remise pour la Longueuilloise KDC/One?

ANALYSE. Michael Salzillo cite la «volatilité» des marchés pour expliquer sa marche arrière.