Affaire Fortnite: Apple et Google abusent-ils de leur position?

Publié le 14/08/2020 à 13:41

Affaire Fortnite: Apple et Google abusent-ils de leur position?

Publié le 14/08/2020 à 13:41

Par AFP
Les logos de l'App Store et de Google Play

(Photo: 123RF)

L’éditeur Epic Games, en conflit avec Google et Apple au sujet de son jeu vidéo phénomène Fortnite, les accuse d’imposer des conditions financières déraisonnables. Mais selon des experts, l’abus de position dominante des deux géants technologiques ne va pas de soi.

 

Que reproche Epic Games aux deux géants ?

L’éditeur américain, détenu à 40 % par le champion chinois des services numériques Tencent, a publié jeudi une mise à jour de sa version de Fortnite pour les appareils mobiles d’Apple et Google. Elle proposait aux utilisateurs de payer leurs achats d’accessoires virtuels à l’intérieur du jeu moins cher, en s’exonérant des commissions imposées d’ordinaire par les deux géants.

La pratique est explicitement interdite dans les conditions d’utilisation des boutiques d’applications mobiles d’Apple et Google. Ils ont donc immédiatement exclu le jeu de leurs systèmes: sauf pour ceux l’ayant déjà téléchargé, il n’est plus possible d’installer Fortnite sur les iPhone et iPad d’Apple, et le jeu reste disponible pour les appareils fonctionnant avec Android, le système d’exploitation de Google, seulement via des magasins d’applications alternatifs.

Peu après, Epic a déposé plainte devant un tribunal américain contre chacun des deux mastodontes, qu’il accuse de pratiques anticoncurrentielles.

« Apple est devenu ce contre quoi il pestait autrefois. Le monstre qui veut contrôler les marchés, bloquer la concurrence et étouffer l’innovation », dénonce ainsi sa plainte contre la marque à la pomme et sa « taxe tyrannique ».

Epic demande au tribunal de forcer Apple et Google à changer leurs règles pour tous les créateurs d’applications. 

Il a reçu le soutien vendredi de la plateforme musicale Spotify et du géant de la rencontre en ligne Match Group (propriétaire notamment de Tinder).

Epic a aussi publié une vidéo parodique pour tenter de rallier les amateurs du jeu à sa cause.

 

Fortnite est-il réellement désavantagé ?

Les développeurs d’applications doivent payer Apple et Google pour avoir le droit de proposer leurs produits dans les boutiques officielles des deux groupes, l’AppStore et le Google Play Store.

Les deux géants, qui constituent un quasi-duopole sur le marché des systèmes d’exploitation pour mobiles, leur facturent ensuite des commissions sur les transactions. Ils font valoir qu’ils ont des coûts pour protéger les utilisateurs des pirates et des arnaques.

La commission d’Apple est de 30 % pour les achats d’applications payantes, de contenus ou de services numériques, et de 15 % à partir de la deuxième année lors d’un abonnement (presse, musique, etc.).

Celle de Google est d’un niveau similaire.

Et selon une étude récente du cabinet américain Analysis Group, les autres circuits de vente, tant en ligne que via des magasins physiques, prennent également une commission aux alentours de 30 %, voire plus.

Pour les jeux vidéos, Epic Games fait justement figure d’exception, en proposant sur son propre magasin d’applications pour Windows et Mac (Epic Games Store) une commission limitée à 12 %.

« On est sur des marges qui dans l’absolu ne sont pas choquantes » chez Apple et Google, estime auprès de l’AFP Pierre-Jean Benghozi, directeur de recherche au centre de recherche public français CNRS et spécialiste du commerce électronique. « Mais ça peut devenir abusif quand la commission s’applique non seulement quand j’achète le produit, mais aussi sur toutes les transactions ultérieures. »

 

Google et Apple, tout puissants sur leurs plateformes ?

« S’il s’agissait de petits acteurs, il n’y aurait pas de problèmes légaux particuliers », explique encore M. Benghozi. « Un magasin a le choix de ses fournisseurs et peut choisir les marques qu’il souhaite. Ca devient problématique (pour le droit de la concurrence) quand on arrive à des situations de position dominante qui peuvent conduire à des abus. »

Apple et Google sont notamment accusés d’être à la fois juges et parties, puisqu’ils distribuent leurs propres produits sur des plateformes où ils contrôlent aussi les conditions de disponibilité des produits concurrents.

Selon l’avocat spécialiste du numérique Alexandre Archambault, le sujet est moins celui des commissions que de la manière dont les plateformes imposent leurs conditions. « Les règles sont connues, mais leur application est arbitraire », dit-il à l’AFP.

Par exemple, Amazon a réussi en avril à être payé directement, sans passer par Apple, par les utilisateurs de son service de vidéos, Apple expliquant par la suite à Bloomberg avoir fait une exception pour les « services premium de vidéo sur abonnement ».

« Si on commence à avoir des règles à la tête du client, on se retrouve alors potentiellement avec une rupture d’égalité », analyse l’avocat.

 


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre


image

Adjointes administratives

Mercredi 14 octobre


image

Femmes Leaders

Mercredi 21 octobre

Sur le même sujet

Apple dévoile ses montres et iPad, en attendant les téléphones

15/09/2020 | AFP

Apple a présenté mardi de nouveaux modèles d'Apple Watch et d'iPad ainsi qu'un nouvel abonnement, intitulé Apple One.

Apple reporte à 2021 l'autorisation obligatoire sur le pistage publicitaire

03/09/2020 | AFP

La fonctionnalité obligera les applications mobiles à demander aux utilisateurs la permission de les suivre à la trace.

À la une

Nuvei récolte 700M$US lors de son entrée en Bourse

C'est le montant le plus élevé jamais obtenu par une entreprise techno lors de son entrée sur le parquet torontois.

Cyberattaques du mois d'août: 48 500 utilisateurs de l'ARC touchés

Quatre fois plus de Canadiens que prévu ont été touchés par les cyberattaques du mois d'août.

Transat A.T. et Air Canada discutent toujours avec Ottawa

Il reste un peu plus de trois mois avant la dernière échéance pour finaliser la vente de Transat à Air Canada.