Une Montréalaise pour remodeler la marque des Hôtels W dans le monde

Publié le 10/11/2021 à 12:18

Une Montréalaise pour remodeler la marque des Hôtels W dans le monde

Publié le 10/11/2021 à 12:18

Par Emmanuel Martinez

Ayant fait sa marque dans de nombreux hôtels montréalais, Christina Poon est la directrice générale du prestigieux Hôtel W Union Square depuis avril. (Crédit photo : Courtoisie)

Assurément une des rares Québécoises à jamais avoir dirigé un grand hôtel new-yorkais, Christina Poon est en plus au cœur de l’équipe chargée de redéfinir la marque des Hôtels W dans le monde entier.

(Re)lire tous nos textes sur les PME créatives

Ayant grandi dans l’Est de Montréal, elle est à la tête du prestigieux Hôtel W Union Square depuis avril. La directrice générale a comme mandat de non seulement revamper cet établissement situé au cœur de Manhattan, mais aussi le modèle qui sera déployée dans tous les autres de cette chaine mondiale appartenant au géant Marriott International.

«On repositionne cette propriété, mais également la marque W, dit-elle en entrevue téléphonique avec Les Affaires. On définit le nouveau brand global pour la chaine. On est dans les dessins et les discussions, mais on devrait annoncer nos couleurs au début de 2022.»

Celle qui s’engage toujours auprès de l’ITHQ malgré son déménagement aux États-Unis planche ainsi sur la redéfinition de l’identité visuelle de cette marque renommée et sur le nouveau design qui sera adopté graduellement dans ses hôtels urbains.

«On va vers quelque chose de plus sophistiqué, mentionne-t-elle. Le W était vu comme une place de fun, mais 15 ans plus tard, notre client est plus vieux. Il veut s’éclater, mais avec de la musique moins forte. On veut donc quelque chose de plus luxueux, mais toujours axé sur l’art et le design.»

«Tous les nouveaux W qui seront en développement seront basés sur le concept de l’Union Square, précise-t-elle. C’est la première fois que j’ai la chance de participer à un tel repositionnement. En bon québécois, je trippe, c’est vraiment bien!»

 

L’art en valeur

Il s’agit d’un beau défi pour celle qui a dirigé l’Hôtel W de Montréal durant quatre ans et qui a justement été embauchée à New York pour son travail dans la métropole québécoise. Elle y a mené la transformation du chic établissement donnant sur le square Victoria en incluant de nombreuses œuvres d’artistes montréalais. Ce travail avait été effectué en collaboration avec Massivart et Sid Lee.

«Cela nous a permis de renouveler nos espaces et de mieux fidéliser nos clients, note-t-elle. On veut que l’art amplifie l’expérience. La couleur, la lumière et les dimensions créent une ambiance unique. C’est ce qui attire nos invités dans nos hôtels.»

Elle espère donc reproduire ce succès montréalais en le faisant «à la saveur new-yorkaise» à Union Square.

«Je ne pense pas qu’on va aller vers des hologrammes ou des installations avec de la lumière , confie-t-elle. On va rester sur des matériaux qu’on peut toucher. Il y a déjà trop de lumière bleue autour de nous. On veut vraiment choisir des œuvres plus traditionnelles.»

Elle précise qu’une des missions de son entreprise est d’encourager des artisans locaux.

«On sélectionne des œuvres qui suscitent des réactions positives, mentionne-t-elle. Avec tout ce qui se passe de négatif dans le monde, l’art c’est beau et cela fait du bien.»

Sur le même sujet

Arts de la scène: dégringolades en 2020 au Québec à cause de la pandémie de COVID-19

La pandémie de COVID-19 a laissé son empreinte sur le secteur des arts de la scène en 2020.

Entreprises créatives: à la conquête de la planète

Édition du 10 Novembre 2021 | Emmanuel Martinez

Ce n’est désormais plus le monde des affaires qui vient en aide aux arts, mais bien le contraire.

À la une

Mini-budget Girard: un exercice d'équilibriste

Mis à jour à 13:06 | Jean-Paul Gagné

CHRONIQUE. Éric Girard avait raison d’afficher un large sourire quand il a présenté son mini-budget.

Négocions un Buy North American, ça presse!

ANALYSE. Le nationalisme économique et le protectionnisme aux É.-U. sont là pour de bon. Il faut un «game changer».

Que la politique s'occupe mieux de nous!

COURRIER DES LECTEURS. Le taux de participation, je l’ai aussi en travers de la gorge! Mais pas pour les mêmes raisons…