Holt Renfrew: toujours chic, même en plein combat

Offert par Les Affaires


Édition du 28 Mars 2015

Holt Renfrew: toujours chic, même en plein combat

Offert par Les Affaires


Édition du 28 Mars 2015

Par Martin Jolicoeur

L'expérience et les moyens de ses ambitions

Devant ce tir groupé, le longiligne Mark Derbyshire, 45 ans, assure de continuer à respirer normalement et répète à qui veut le croire qu'il regarde le train ennemi avancer avec confiance. «Le luxe n'est pas nouveau au Canada. La concurrence non plus, dit-il. Nos clients sont cultivés et sont de grands voyageurs. Ils ont toujours comparé notre offre avec ce qu'ils voyaient à New York, la semaine précédente, et à Paris, le mois d'avant... Alors, la concurrence, on sait vivre avec. Mais à la différence de ces nouveaux venus, nul ne connaît mieux la clientèle canadienne que nous.»

Fondée en 1837 à Québec, trois ans avant la naissance du premier des magasins Simons, Holt Renfrew a effectivement une longue expérience du marché du luxe canadien. Et même du marché québécois, étant donné que le détaillant a conservé son siège social à Montréal jusqu'en... 1979. À l'approche du premier référendum de 1980, sa haute direction a été - comme celles de Sun Life et de Cadbury - déménagée à Toronto.

Cela dit, malgré l'avantage de l'expérience qu'il aime à rappeler, ce natif de la Nouvelle-Écosse qui a grandi en Alberta ne laisse pas l'impression de vouloir se reposer sur ses lauriers. Celui qui a déjà exploité sa propre franchise Baskin Robbins pendant ses études au Montana, connaît trop l'industrie du détail pour ne pas savoir que nul acteur, pas même Holt Renfrew, ne peut tenir ses clients pour acquis.

À lire aussi:
Que deviendra l'édifice de la rue Sherbrooke?

L'homme dans la cible 
Tyler Brûlé: l'éléphant dans la salle

Mark Derbyshire le comprend et semble avoir les moyens de mener ses batailles. Il faut dire que Holt Renfrew est la propriété de Selfridges Group, société gardée jalousement privée et contrôlée par le milliardaire canadien W. Galen Weston.

Ce dernier est le deuxième homme le plus riche du pays avec une fortune évaluée, selon Forbes, à 8,9 G$ US en 2014. Il est marié à l'ex-lieutenant-gouverneur de l'Ontario, Hilary Weston.

D'origine irlandaise, le nom de Weston est depuis des générations intimement lié à l'industrie alimentaire (Associated British Foods, Weston Foods et Loblaw Companies). Mais parallèlement, la famille a développé une passion pour l'industrie du détail de luxe. En plus de Holt Renfrew et d'Ogilvy au Canada, elle a bâti au fil des années tout un chapelet de détaillants de même gamme, dont Selfridges en Grande-Bretagne, Brown Thomas en Irlande et De Bijenkorf aux Pays-Bas.

Résultat : Holt Renfrew s'est vu accorder 300 M$ par les Weston, destinés à la mise en place d'un train de mesures visant à défendre son marché. Au passage, deux magasins régionaux ont été sacrifiés, à Ottawa (72 employés) et à Québec (85 employés), sur l'autel d'une nouvelle stratégie qui s'orchestre autour d'un nombre plus restreint de magasins phares dans ses marchés clés de Vancouver, Calgary, Edmonton, Toronto et Montréal.

Stratégie de repli ? Au contraire, répond Mark Derbyshire. Après avoir agrandi à 120 000 pi2 son magasin de Yorkdake, en banlieue de Toronto, et créé un nouveau concept exclusif pour hommes de 16 500 pi2 au centre-ville de Toronto, Holt Renfrew promet pour 2016 un nouveau magasin de 120 000 pi2 à Mississauga et le déménagement en 2017 de celui de Montréal dans l'immeuble d'Ogilvy. À terme, le détaillant estime que sa surface de vente aura grimpé de 40 % au pays, pour atteindre 1,2 M pi2.

Le plus grand Holt sera à Montréal

De ce plan de développement, le chantier de Montréal est de loin le plus ambitieux. Officiellement, 60 M$ seront investis - nos sources évaluent les travaux à plus du double - dans l'immeuble de 140 000 pi2 sur cinq étages qu'Ogilvy occupe depuis 148 ans à l'intersection des rues Sainte-Catherine et de la Montagne. Holt en est devenue la propriétaire en achetant Ogilvy en 2013.

Les attentes sont grandes, et Mark Derbyshire, dont le père et le grand-père ont tous deux été propriétaires de magasins Canadian Tire, ne manque pas d'ambition lorsqu'on l'interroge sur ce projet. «Ce magasin sera magnifique. Non seulement il sera le plus grand, mais nous voulons qu'il devienne emblématique, un symbole de ce qu'est le luxe montréalais.»

De fait, en plus de restaurer le bâtiment patrimonial d'Ogilvy, Holt Renfrew prévoit l'agrandir de 80 000 pi2 vers le nord, en lieu et place de l'ancien Hôtel de la Montagne. Atteignant un total de 220 000 pi2, il deviendra, une fois les travaux achevés, le plus grand magasin de Holt Renfrew au pays.

«Je vous promets que non seulement les Québécois vont en parler, mais également tout le Canada. En fait, résume M. Derbyshire, nous voulons que ce magasin soit si beau qu'il deviendra le premier que les touristes voudront visiter en débarquant à Montréal.


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

Sur le même sujet

Ontario: Simons sur la bonne voie, plus difficile pour Lolë

22/11/2017 | Martin Jolicoeur

Si Simons s'en tire plutôt bien en Ontario, il en va autrement pour Chocolats Favoris et Lolë.

Suitsupply, la provocante, débarque à Montréal

Mis à jour le 11/03/2016 | Martin Jolicoeur

Originaire d’Amsterdam, la chaîne se spécialise dans la vente de complets, chemises et accessoires pour hommes. 

À la une

Climat : attention aux certitudes et aux peurs irrationnelles

ANALYSE - Les certitudes des climatosceptiques et la panique de la «collapsologie» minent la lutte pour le climat.

10 choses à savoir cette fin de semaine

Voici 10 nouvelles parues cette semaine à (re)découvrir.

À surveiller: les titres qui ont retenu votre attention

Que faire avec les titres de Stella-Jones, BRP et Bombardier? (Re)voici quelques recommandations d'analystes.