Skis Raccoon vise toutes les montagnes du monde

Offert par Les Affaires


Édition du 14 Février 2015

Skis Raccoon vise toutes les montagnes du monde

Offert par Les Affaires


Édition du 14 Février 2015

Par Marc Gosselin

Les quatre actionnaires de Skis Raccoon : Jonathan Bourgeois, Martin Matte, Carl Grenier et Sébastien Moquin.

Un solide réseau de détaillants, des skis de haute qualité et une diversification des produits. C'est le trio stratégique sur lequel le fabricant québécois Skis Raccoon veut appuyer sa croissance et son expansion partout dans le monde. Le cofondateur, Sébastien Moquin, explique comment l'entreprise compte atteindre son objectif.

En matière de distribution, si Skis Raccoon a un site Web, celui-ci n'est pas transactionnel. Un choix délibéré, explique le dirigeant. L'entreprise de Saint-Jean-sur-Richelieu y présente ses modèles, leurs caractéristiques et le réseau de détaillants qui les vend. «Nous comptons sur ce réseau pour vendre nos skis, explique Sébastien Moquin. C'est un produit qui se vend en personne, parce que les gens veulent voir nos skis, ils veulent les essayer. Nos produits ne sont pas encore assez connus pour les vendre en ligne.»

M. Moquin ajoute d'ailleurs que, s'il optait pour la vente en ligne, il perdrait des détaillants, dont le nombre s'accroît. Il est passé de 10 à 13 cette saison. «Nous prenons bien soin de choisir des détaillants passionnés de ski qui offriront un excellent service-conseil à leurs clients», explique l'entrepreneur, qui est également propriétaire du commerce de vélo Cycle Régis, situé sur l'avenue Van Horne à Outremont.

Robert Soroka, professeur de marketing à la Faculté de gestion Desautels de l'Université McGill, comprend la stratégie de Skis Raccoon. «Quand on distribue à des détaillants et qu'on se met à vendre en ligne, on peut entrer en conflit avec les magasins. Et si l'entreprise vend moins cher en ligne que chez les détaillants, ils deviennent des boutiques. Une situation qui mène à du lèche-vitrine de la part de clients potentiels. Le vendeur se trouve alors à faire l'effort de vente pour son fournisseur, et le magasin perd des ventes», explique-t-il.

M. Soroka soutient que les fournisseurs tentent habituellement d'établir une relation harmonieuse avec le détaillant. «Une relation qui devient plus difficile quand le fournisseur décide de porter le chapeau de détaillant.»

Des skis personnalisés

Skis Raccoon occupe également un autre créneau : celui des skis personnalisés. Par exemple, elle a produit une cinquantaine de paires pour Volvo, qui souhaitait équiper ses véhicules de skis à son effigie dans ses salles d'exposition. C'est un ski Volvo, mais fabriqué à partir des moules de Raccoon. «Souvent, le client demandera d'ajouter les skis à son achat. Une avenue de croissance pour notre firme», raconte Sébastien Moquin, dont l'entreprise, fondée en 2009, emploie en permanence trois personnes et peut compter jusqu'à dix employés en haute saison.

Même s'il vise le monde, l'entrepreneur croit que sa concurrence ne vient pas des grands acteurs internationaux, comme Rossignol. «Nous proposons un produit exclusif, fabriqué au Québec. Ce sont de beaux skis avec un look épuré, très cosmétiques. Nous nous sommes inspirés de la fonction du design chez Apple. On voulait recréer quelque chose de semblable, mais dans l'univers du ski.»

À la une

La consommation d'alcool au Canada a baissé en 2019-2020

Le vin s’est classé en tête au Québec avec 45,1 % des ventes totales d’alcool selon Statistique Canada.

Bourse: New York et Toronto remontent après 2 jours dans le rouge

Mis à jour il y a 39 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les principaux indices ont regagné des points après une ouverture en baisse.

Titres en action: Rogers, Metro, Netflix, Heineken, Roche...

Mis à jour à 11:02 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.