Rona lance un programme de fidélité

Publié le 13/05/2010 à 00:00

Rona lance un programme de fidélité

Publié le 13/05/2010 à 00:00

Par André Dubuc

Rona profite de la disparition des crédits d'impôt à la rénovation domiciliaire - qui n'ont pas été reconduits par les gouvernements cette année - pour lancer une version améliorée de son programme de fidélisation RONAvantages. Objectif : le quincaillier vise l'adhésion de un million de clients d'ici cinq ans.

RONAvantages permet au consommateur qui paie au moyen de sa carte de crédit Rona d'obtenir une remise de 2 à 5 % en carte-cadeaux sur tous ses achats, jusqu'à une remise d'une valeur maximale de 1 000 $ par an. Il obtient aussi jusqu'au double des milles Air Miles et peut contracter un prêt rénovation de 2 500 $ et plus d'une durée de trois ans à un taux annuel de 6 %. Le détenteur de la carte Rona recevra aussi des offres promotionnelles personnalisées par courriel.

" Le programme donne une valeur ajoutée au consommateur ", explique Claude Bernier premier vice-président, Marketing et innovations-clients, de Rona. Il incite les clients à revenir régulièrement chez Rona tout en les convaincant d'aller de l'avant avec leur projet en raison des avantages supplémentaires que nous leur proposons. "

Une première version du programme RONAvantages avait vu le jour l'an dernier en appui aux programmes de crédit d'impôt que les gouvernements fédéral et provincial avaient instauré en période de récession. Environ 18 000 clients de RONA s'étaient alors servis de RONAvantages phase 1 pour une facture moyenne de 8 000 $, soit un total de 140 millions de ventes.

À la une

La Banque du Canada maintient son taux directeur à 0,25%

11:22 | AFP

« L’économie canadienne semble avoir évité le scénario le plus pessimiste ».

À surveiller: Lyft, Air Canada et Dollarama

Que faire avec les titres de Lyft, Air Canada et Dollarama? Voici quelques recommandations d'analystes.

Les ventes de voitures ont chuté de 44% en mai au pays

Il s’agit malgré tout d’une amélioration comparativement à l’effondrement de 74,6 % du marché en avril.