Promotion groupée à Thetford Mines


Édition du 08 Mars 2014

Promotion groupée à Thetford Mines


Édition du 08 Mars 2014

Par Matthieu Charest

En partenariat avec la Chambre de commerce et d'industrie de Thetford Mines (CCITM), SMS Rabais tente de séduire les commerçants de cette localité avec un nouveau concept, lancé l'automne dernier.

L'idée, qui rappelle les modèles d'entreprise des sites Tuango et Groupon, est simple. Moyennant 365 $ par année, l'entreprise qui adhère obtient l'accès à un site Web où elle peut afficher les promotions qu'elle souhaite. Le nombre de coupons offerts et sa valeur sont laissés à la discrétion de l'annonceur.

Les clients peuvent ensuite télécharger le coupon directement sur leur téléphone intelligent ou l'imprimer à la maison. S'ils décident de s'inscrire et de recevoir les offres par courriel, les informations recueillies sont transmises aux entreprises, qui peuvent s'en servir pour bâtir une base de données.

«On ne va pas révolutionner le monde avec ça, concède Louis Thivierge, directeur général de la CCITM, mais c'est un outil de promotion de plus. Et puisque SMS Rabais est connue en Beauce, ça pourrait attirer des gens de là-bas chez nous.» Par ailleurs, la Chambre de commerce encaisse 75 % des profits générés par les abonnements.

À ce jour, 29 commerces de Thetford Mines ont souscrit au service. Le restaurant Le Rouge Poisson, dont M. Thivierge est propriétaire, a servi de cobaye. Jusqu'à maintenant, l'opération est un «succès», confirme le principal intéressé. «Les clients m'en parlent beaucoup.»

C'est une des illustrations du dynamisme entrepreneurial de Thetford Mines, reconnu l'automne dernier alors que la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) classait la capitale du chrysotile au 20e rang des villes les plus entrepreneuriales du Canada, loin devant Montréal (95e) et Québec (100e).

Une municipalité sensible aux besoins des PME

Puisque sa force première, l'amiante, s'est transformée en cadeau empoisonné, Thetford Mines a développé d'autres attraits. D'abord, elle affiche un ratio d'impôts fonciers entre les établissements commerciaux et résidentiels de 1,13, le plus faible de toutes les villes évaluées par la FCEI. Ensuite, deux indicateurs économiques y sont particulièrement saillants.

Les entrepreneurs y sont 48,5 % à penser que leur administration municipale est sensible aux besoins des PME, alors qu'à Québec, c'est 43,4 %, et 33,4 % à Montréal. Ils sont également beaucoup moins nombreux à croire que le coût de l'administration locale pose problème (45,2 % par rapport à 46,9 % à Québec et 63,4 % à Montréal).

Enfin, c'est la confiance qui complète la trinité des attraits thetfordois pour les PME. La moitié des entrepreneurs estiment que la situation de leur entreprise est bonne. Tandis qu'à Montréal et à Québec, le même élément dégringole à 28,6 %.

«[Quand] la conjecture se détériore, une base solide de propriétaires d'entreprise expérimentés devient souvent le principal pilier du soutien communautaire», souligne l'étude de la FCEI.

L'expertise, couplée à une volonté de fer, a sauvé Thetford Mines de la dévitalisation. Même les résidus miniers, qui forment une chaîne de montagnes synthétique autour de la ville, sont perçus comme représentant une occasion d'affaires. «Le maire a toujours dit que c'était un compte en banque. Un jour, on saura quoi en faire. Ce sera une autre occasion d'affaires», assure Louis Thivierge.

À la une

Bourse: l'indice phare de la Bourse de Toronto avançait en fin de matinée

Mis à jour il y a 25 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street ouvre en baisse, étourdie par le bond des créations d'emplois

Sans épargne à 20 ans de la retraite

EXPERT INVITÉ. Comment financer une retraite de trente ans avec vingt ans d’épargne?

Perspectives boursières pour les 100 prochaines années

EXPERT INVITÉ. J’ai reçu une question fort intéressante d’un lecteur au cours des derniers jours.