Ne plus exploiter la forêt, mais la cultiver


Édition du 11 Juin 2016

Ne plus exploiter la forêt, mais la cultiver


Édition du 11 Juin 2016

Par Olivier Schmouker

À la demande de l’abbaye Val Notre-Dame, la firme Le Chêne aux pieds bleus a recensé 80 sites où l’abondance de plantes et de champignons intéressants permettait d’envisager une récolte d’une année à l’autre.

Un beau jour de 2013, frère André Barbeau déambulait dans la magnifique forêt avoisinant l'abbaye Val Notre-Dame, à Saint-Jean-de-Matha, lorsque trois idées lui sont venues. Tout d'abord, il s'est souvenu de cette période bénie de sa vie où il vivait dans le sud de la France et partait tous les dimanches à la cueillette de champignons sauvages. Puis, il s'est rappelé la longue tradition cistercienne de récolte de plantes médicinales dans la nature. Enfin, il s'est dit qu'à l'abbaye, ils étaient tous végétariens. Du choc de ces trois idées là est née celle-ci : «Et si nous nous nourrissions de notre belle forêt...»

Frère André a partagé son idée avec les autres, et il a été décidé de faire faire un inventaire des plantes se trouvant dans les 155 hectares de forêt accessibles. C'est ainsi qu'en août 2014 Daniel Lachance, un conseiller en écoforesterie à la tête de la firme Le Chêne aux pieds bleus, établie à Sainte-Béatrix, a planté sa tente au coeur de la forêt durant des semaines afin de répertorier, GPS à la main, chaque plante digne d'intérêt. «L'objectif consistait à localiser très précisément tout ce qui pouvait se récolter, aussi bien d'un point de vue nutritif que médicinal : têtes de violon, boutons de marguerites, etc.», dit-il.

Résultat ? M. Lachance a mis au jour 80 sites prometteurs, où l'abondance de plantes intéressantes permettait d'envisager de les récolter d'une année à l'autre. Ce qui a aussitôt été entrepris pour une quinzaine d'entre eux. «Nous nous sommes alors lancés dans la production de petits pots de brocolis d'asclépiades, de sel de champignons homard, ou encore d'aiguilles de mélèzes», dit frère André. Et de souligner : «En 2015, nous avons pu faire 150 pots de têtes de violon marinées. Ils se sont tous vendus en quelques jours !» Les frères de l'abbaye ne s'attendaient pas à un tel succès commercial. Ils se sont vite trouvés à court de produits forestiers comestibles, ce qui les a motivés à en faire davantage. Du coup, les projets abondent :

À la demande de l’abbaye Val Notre-Dame, la firme Le Chêne aux pieds bleus a recensé 80 sites où l’abondance de plantes et de champignons intéressants permettait d’envisager une récolte d’une année à l’autre.

Du chocolat au thé des bois. La forêt regorge de thé des bois, dont la feuille a le même goût que la menthe. D'où l'idée d'en faire des infusions, lesquelles permettront d'aromatiser les chocolats fabriqués à l'abbaye. «Nos essais montrent que c'est aussi bon que du chocolat à la menthe, mais avec ceci de plus que l'arôme vient de notre propre forêt», dit frère André.

Du chocolat aux noisettes. En 2014, la chute de production de noisettes en Turquie, à l'origine de 70 % de la production mondiale, a posé d'énormes difficultés d'approvisionnement pour tous les producteurs de chocolat aux noisettes. «C'est bien simple, il nous a été impossible d'en acheter cette année-là, tant les prix avaient bondi», se souvient frère André. D'où l'idée de récolter des noisettes dans la forêt, et même de planter des noisetiers à proximité du magasin : d'ici 5 ou 6 ans, l'abbaye espère devenir ainsi autosuffisante.

Des champignons cultivés. Avec le concours de Daniel Lachance, les frères entendent se lancer dans la production contrôlée de champignons, et devenir par la même occasion des pionniers de la mycosylviculture au Québec. Il s'agit d'inoculer des spores de champignon dans des souches d'arbres morts placées en zones humides, puis de procéder régulièrement à la récolte.

L'initiative de l'abbaye Val Notre-Dame fait des émules. Vingt-quatre propriétaires de forêts privés de Lanaudière ont confié le mandat au Chêne aux pieds bleus de répertorier tout ce qui pouvait être cultivé sur leurs terres, puis lui ont donné le feu vert pour y implanter des vergers potagers.

À la une

Bourse: Wall Street termine en hausse, rebond technique sans enthousiasme

Mis à jour le 08/12/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a clôturé en baisse jeudi.

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

Mis à jour le 08/12/2022 | Refinitiv

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

À surveiller: Corus Entertainment, H2O Innovation et Dollarama

08/12/2022 | Charles Poulin

Que faire avec les titres Corus, H2O Innovation et Dollarama? Voici quelques recommandations d’analystes.