60 secondes avec: James Foreman-Peck, de la Cardiff Business School


Édition du 14 Février 2015

Dans un article à paraître dans le Scottish Journal of Political Economy, vous soutenez que, malgré la position enviable de l'anglais dans le commerce international, les firmes anglophones n'en tirent aucun avantage dans leurs exportations. Pourquoi ? Nous avons découvert que ...

Pour poursuivre votre lecture, vous devez être abonné(e)

Vous n’êtes pas abonné(e) Les Affaires

S'abonner maintenant


Sur le même sujet

Tensions avec la Chine: pas d'embellie pour les entreprises

13/04/2021 | François Normand

Certaines sociétés canadiennes ont commencé à réduire leur présence en Chine au profit de pays comme l'Inde.

Des exportateurs québécois plus compétitifs grâce à Joe Biden

07/04/2021 | François Normand

ANALYSE. Son gouvernement veut annuler la moitié des baisses d’impôt consenties par Donald Trump en 2018.

À la une

La consommation d'alcool au Canada a baissé en 2019-2020

Le vin s’est classé en tête au Québec avec 45,1 % des ventes totales d’alcool selon Statistique Canada.

Bourse: New York et Toronto remontent après 2 jours dans le rouge

Mis à jour il y a 38 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les principaux indices ont regagné des points après une ouverture en baisse.

Titres en action: Rogers, Metro, Netflix, Heineken, Roche...

Mis à jour à 11:02 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.