Les Canadiens haïssent le marketing de contenu en ligne!

Publié le 24/10/2017 à 06:19

Les Canadiens haïssent le marketing de contenu en ligne!

Publié le 24/10/2017 à 06:19

Par Olivier Schmouker

Il leur arrive alors de voir rouge... Photo: DR

Au Canada, la plupart des consommateurs disent détester le marketing de contenu diffusé en ligne, à savoir le contenu informatif qui est rédigé par un annonceur et diffusé par l'entremise de différents médias, y compris les sites web d'information (ce qui correspond, dans ce cas-là, à ce qu'on appelle de la «publicité native»). Ils sont en effet 58% à considérer que cette pratique publicitaire les rend «beaucoup moins confiants» envers l'annonceur, et 50% envers le média utilisé. C'est du moins ce qui ressort de l'étude Perceptions des consommateurs sur la publicité 2017 réalisée par le cabinet-conseil torontois The Gandalf Group pour le compte des Normes de la publicité, l'organisme canadien d'autoréglementation de la publicité.


À cela s'ajoute le fait que 1 Canadien sur 5 cliquent «souvent» sur ces contenus publicitaires-là en croyant cliquer sur du contenu journalistique, et en ressentent une vive frustration. Du coup, ils sont 68% à réclamer que les sites d'information permettent une meilleure distinction entre ces publicités et le contenu journalistique, par exemple à l'aide de mentions claires du genre «marketing de contenu» ou «publicité native».


Ce n'est pas tout! D'autres pratiques publicitaires en ligne horripilent les consommateurs canadiens :


> Marketing d'influence


Cette pratique consiste à souvent à faire la promotion d'un produit dans un blogue, par exemple par l'entremise d'un YouTubeur. Or, 67% des consommateurs canadiens disent que dès qu'ils se rendent compte que l'influenceur en question est en train de leur vanter les mérites d'un produit à la demande d'un annonceur, ils ont pris la décision de ne pas suivre la recommandation de l'influenceur. Pis, 60% ont alors pris la décision de ne jamais acheter ce produit-là à l'avenir.


À noter toutefois que les milléniaux (grosso modo les 18-34 ans) ne sont pas aussi réfractaires au marketing d'influence que les autres consommateurs canadiens. Ils sont 56% à avoir refusé d'acheter à court terme le produit vanté par le blogueur, et 38% à affirmer ne jamais l'acheter à l'avenir.


> Prix partiels


Au Canada, 3 consommateurs sur 4 estiment que la pratique des prix partiels (drip pricing, en anglais) - l'ajout de frais inattendus au moment de passer à la caisse - réduit leur confiance envers l'annonceur. Et ils sont tout autant à réclamer une règlement interdisant carrément cette pratique qui fait croire à un prix concurrentiel alors qu'il ne l'est pas nécessairement.


> Désinformation populaire planifiée


Quelque 90% des consommateurs indiquent que la désinformation populaire planifiée (astroturfing, en anglais) - les fausses critiques payées par un annonceur et présentées comme des opinions impartiales - réduisent directement la confiance qu'ils ont envers l'annonceur. Le hic, c'est qu'ils ont beaucoup de mal à faire la part du vrai et du faux, si bien que 1 consommateur sur 3 reconnaît qu'il effectuera un achat en fonction de la critique présentée, même sans savoir si celle-ci est vraie ou fausse. D'où le fait que 75% des consommateurs aimeraient grandement qu'il y ait des règles interdisant ni plus ni moins les fausses critiques.


 

À suivre dans cette section


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

À la une: notre spécial transformation numérique

Édition du 20 Avril 2019 | Les Affaires

En manchette cette semaine, notre spécial transformation numérique.

Oubliez les paroles et les gestes, le client veut des émotions

En général, le client oublie ce que vous lui avez dit ou ce que vous avez fait pour lui. Mais attention, ...

À la une

Première: des étudiants de McGill deviennent investisseurs d'impact

23/04/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. Le Montreal Social Value Fund permettra à des étudiants d'expérimenter l'investissement d'Impact local.

Dans quelles villes le prix des propriétés a le plus crû?

23/04/2019 | Joanie Fontaine

BLOGUE INVITÉ. En 10 ans, le prix des maisons a augmenté davantage dans certaines villes du Québec. Lesquelles?

Le PDG d'Aldo veut prouver qu'il n'est pas que «le fils du patron»

23/04/2019 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. «Je veux prouver que je suis vraiment digne de ce poste; je ne veux laisser aucun doute.»