Le bouche à oreille, ça rapporte!

Publié le 12/11/2010 à 10:19, mis à jour le 12/11/2010 à 11:20

Le bouche à oreille, ça rapporte!

Publié le 12/11/2010 à 10:19, mis à jour le 12/11/2010 à 11:20

Le festival de films Cinemania attire vedettes et cinéphiles sans dépenser une fortune en publicité.

Pour la présidente et fondatrice de Cinemania, Maidy Teitelbaum, inutile d’engloutir une fortune en publicité. « Le bouche à oreille reste la stratégie marketing la moins coûteuse et la plus efficace. Pourtant, les entreprises continuent de la négliger », déplore-t-elle.

Depuis sa fondation en 1995, le festival de films Cinemania mise à fond sur le bouche à oreille pour attirer les grands noms du cinéma francophone au Québec.

Malgré ses moyens limités, il a encore frappé un grand coup cette année. Sa 16e édition, qui s’est tenue du 4 au 14 novembre à Montréal, a attiré deux monstres sacrés du cinéma français : Isabelle Huppert et Ludivine Sagnier ont présenté leurs films aux fans entassés dans le cinéma Impérial du centre-ville de la métropole.

« Les vedettes apprécient notre accueil. Notre salle est toujours pleine quand elles viennent présenter leurs films. De retour en Europe, elles parlent en bien de nous à leur entourage. Résultat : d’autres stars acceptent de venir à leur tour », renchérit Geneviève Royer, directrice générale du festival.

Au Québec, les billets du festival trouvent preneurs grâce à cette même stratégie. « Nous n’avons pas les moyens d’annoncer à pleines pages publicitaires dans les journaux. Pourtant, la fréquentation augmente continuellement », dit Mme Teitelbaum. Les ventes de billets pour Cinemania ont triplé depuis 2004 pour atteindre un total de 20 000 en 2009, précise Mme Royer, tout en rappelant que c’est un festival dont les moyens sont très limités.

Une obsession du détail

L’efficacité du bouche à oreille est loin d’être surfaite, selon Harold Simpkins, professeur de marketing à la John Molson School of Business de l’Université Concordia. « Le bouche à oreille est d’une grande crédibilité, mais les entreprises s’en désintéressent, parce qu’elles contrôlent mal cette stratégie. »

À la une

Le Québec Inc. sous-estime le potentiel de l’Italie

Le nouveau président de la Chambre de commerce italienne au Canada veut «approfondir» la relation Québec-Italie.

Rentables, les fonds de travailleurs?

EXPERT INVITÉ. Les fonds de travailleurs représentent assurément une option pertinente, voici pourquoi:

Canada: les villes veulent 7 G$ pour des logements abordables

Les maires de villes au Québec espèrent, du même coup, plus de flexibilité dans le processus.