Le bouche à oreille, ça rapporte!

Publié le 12/11/2010 à 10:19, mis à jour le 12/11/2010 à 11:20

Le bouche à oreille, ça rapporte!

Publié le 12/11/2010 à 10:19, mis à jour le 12/11/2010 à 11:20

Bernard Motulsky, professeur de marketing à l’UQAM, abonde dans le même sens. « Les entreprises préfèrent la publicité traditionnelle qui donne des résultats plus prévisibles.

Les deux experts estiment toutefois qu’il y a moyen d’implanter une stratégie de bouche à oreille efficace. À commencer par porter attention aux détails liés aux services et aux produits offerts, affirme M. Motulsky.

Maidy Teitelbaum, de Cinemania, met ce principe en pratique. « Nous ne laissons rien au hasard. Par exemple, nous allons chercher nos artistes invités à l’aéroport, nous les logeons dans des hôtels réputés et nous les sortons au restaurant. Ils sont traités comme s’ils faisaient partie de la famille. Ils apprécient ces petites attentions et ils reviennent », dit Mme Teitelbaum, qui insiste sur le fait qu’aucun cachet n’est versé aux artistes.

L’autre aspect d’une stratégie de bouche à oreille réussie consiste à trouver un créneau et à ne pas y déroger. « Cinemania est un festival boutique. Nous ne présentons que des films en français. Nous en choisissons 30 pour les projeter dans une même salle, pas 450. Nous ne présentons que du cinéma. Le public sait à quoi s’attendre », explique Mme Royer.

En cinéma comme en affaires, un bon bouche à oreille repose sur la réputation bâtie par une organisation, prévient Harold Simpkins. « C’est important de répondre aux attentes que vous créez chez les clients, sinon le bouche à oreille négatif se répand rapidement. »

À la une

Cinq régions passent en zone orange

Mis à jour le 03/03/2021 | lesaffaires.com

Ce sont régions de la Capitale-Nationale, de Chaudière-Appalaches, de la Mauricie, de l’Estrie, du Centre-du-Québec.

Le Québec pourrait passer au orange, sauf dans le grand Montréal

Les yeux des régions en zone rouge sont ainsi tournés mercredi après-midi vers le premier ministre.

La COVID-19 a fait baisser l'espérance de vie au Québec

La hausse du nombre de décès enregistrés au Québec en 2020 est attribuée à la pandémie de COVID-19.