La pub doit viser les " SoLoMo ", pas les Slomo !

Publié le 19/03/2011 à 00:00, mis à jour le 25/03/2011 à 13:43

La pub doit viser les " SoLoMo ", pas les Slomo !

Publié le 19/03/2011 à 00:00, mis à jour le 25/03/2011 à 13:43

Trois mots définissent de plus en plus l'homo sapiens : social, local, mobile. Il est devenu " SoLoMo ", lit-on dans une analyse de la firme de capital de risque américaine KPCB sur les nouvelles tendances Internet.

Les chiffres confirment tant l'adoption massive des réseaux sociaux que la mobilité tous azimuts. Deux cent millions d'usagers consultent Facebook sur leur cellulaire, contre 50 millions il y a 18 mois. C'est deux fois plus que ceux qui utilisent l'ordinateur. Et 40 % de tous les messages envoyés sur Twitter le sont à partir de téléphones.

En 2006, 86 % des pages vues sur Mixi, un réseau social japonais comptant 20 millions d'usagers, l'étaient depuis un ordinateur et 14 %, depuis un téléphone cellulaire. Cinq ans plus tard, les chiffres se sont inversés : 85 % des pages ont été consultées sur un téléphone cellulaire, contre 15 % sur un ordinateur.

Le trafic mondial de données mobiles devrait être multiplié par 26 d'ici cinq ans. " La mobilité pourrait être un phénomène plus important qu'Internet tout entier ", dit Mitch Joel, président de Twist Image.

Et cette mobilité se joue beaucoup à l'échelle locale, ajoute Martin Lessard, spécialiste en stratégie Web et médias sociaux. " Internet et les réseaux sociaux nous ont connectés à nos voisins, aux commerces de proximité. Des applications comme Foursquare amplifient le phénomène. "

Les SoLoMo représentent une cible de choix pour les publicitaires. " Nos clients réalisent de plus en plus l'importance de la publicité sur les cellulaires, dit Malik Yacoubi, vice-président marketing mobile chez Cossette. Mais il faut être utile. Les coupons, par exemple, sont très appréciés. "

Un marché évalué à 50 milliards de dollars

KPCB souligne l'occasion à saisir en investissant davantage dans la publicité sur Internet.

À la une

Le CELI d'Étienne Charest: un emprunt et de l'audace

07:31 | Jean Décary

PLEINS FEUX SUR MON CELI. En mars 2020, Étienne Charest a emprunté pour investir dans son CELI.

Les nouvelles du marché

Il y a 26 minutes | Refinitiv

Vaccination contre Omicron, BMO, croissance de l’emploi aux Etats-Unis, Didi sort du NYSE, et impôt minimum mondial.

Titres en action: BMO, Shell, Softbank

Mis à jour il y a 31 minutes | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.