Innover radicalement pour se propulser d'un coup à l'échelle internationale

Offert par Les Affaires


Édition du 23 Mai 2015

Innover radicalement pour se propulser d'un coup à l'échelle internationale

Offert par Les Affaires


Édition du 23 Mai 2015

Par Olivier Schmouker

Les équipes de l’agence Tank et du fabricant de barres de céréales Yourbarfactory ont réfléchi à plusieurs reprises dans une salle cubique aux murs couverts de peinture à tableau. Mission : élaborer ensemble une stratégie d’expansion à l’interna

Cinq pistes à explorer

Deux semaines plus tard, tout le monde se retrouve dans la salle ThinkTank de l'agence montréalaise, une sorte de cube géant dans lequel on pénètre par un trou et dont les parois internes sont couvertes de peinture à tableau. Mission : définir ensemble la stratégie à suivre pour effectuer une percée à l'échelle internationale.

«Résumons. Votre chiffre d'affaires provient à 65 % du Canada, à 25 % des États-Unis et à 10 % de l'international. Il repose pour les trois quarts sur les carrés à la guimauve et pour le reste sur les barres de céréales. Et vous avez une marque maison, Megasnack, qui ne donne pas les résultats escomptés», dit Mme Kruk.

«En conséquence, il vous faut non plus répondre aux demandes de vos clients, mais devancer leurs besoins. Ce que vous êtes tout à fait capables d'accomplir, mais n'avez jamais osé faire jusqu'à présent», poursuit M. Cloutier. D'où la détermination de cinq pistes que Yourbarfactory ferait bien d'explorer, selon l'équipe de Tank :

1. Créer un Yourbarfactory Lab. Une salle de l'usine permettrait de mettre au point des barres sur mesure, en présence de clients existants ou potentiels. «Ça vous positionnerait comme les experts de la barre personnalisée, en faisant vivre une expérience sensationnelle à vos clients B2B», indique M. Pilon, sous les regards surexcités des dirigeants de Yourbarfactory.

2. Mettre au point de nouveaux produits. À savoir des produits de niche, haut de gamme, exceptionnels (chocolat décadent, protéines, etc.), le but étant de se présenter ainsi comme les champions incontestés de la créativité en matière de barres de céréales.

3. Viser de nouveaux marchés. Des marchés internationaux porteurs, à l'image de l'Afrique du Sud et de l'Inde, où respectivement 65 et 61 % de la population consomme régulièrement une collation au lieu d'un repas. Et ce, avec l'appui d'un acteur puissant, bien implanté dans la zone géographique visée, ou bien avec les propres barres de Yourbarfactory, adaptées au marché ciblé.

4. Revitaliser la marque Megasnack. À l'aide de nouveaux emballages, de nouvelles recettes ou de nouveaux formats (petites bouchées, grands formats à partager, etc.).

5. Remplacer la marque Megasnack. La nouvelle marque permettrait notamment de viser les marchés des pays émergents. «À noter que ça nécessiterait des investissements importants et qu'il y aurait un risque d'être perçu par vos clients B2B comme un concurrent direct», souligne la stratège de Tank.

Réactions ? L'enthousiasme est palpable. Très vite, les idées 1, 3 et 5 font l'unanimité. «Avoir un labo, ce serait écoeurant ! T'imagines, nos clients choisiraient les ingrédients, et on fabriquerait leur barre sous leurs yeux...» s'exclame Cédrick Boivin, directeur, ingénierie et service technique, de Yourbarfactory. «Et quand on se rendra à des foires à l'étranger, on pourra inviter nos contacts à venir découvrir notre savoir-faire par eux-mêmes», réfléchit à voix haute M. Joyal. «Ils n'en reviendront pas de tout ce qu'on est capables de faire : des barres à la betterave, à n'importe quoi, ça ne nous fait pas peur», ajoute Émilie Gras, directrice, opérations, de Yourbarfactory.

Bref, les points d'interrogation se transforment peu à peu en étincelles d'intelligence.

À suivre dans cette section

À la une

Plan d'aide à l'économie: «compromis raisonnable» possible, selon le Trésor américain

11:37 | AFP

Après des mois de surplace, les démocrates ont présenté en début de semaine au Congrès un plan d'aide de 2 200 G$US.

L'incertitude grimpe entourant la vente d'usines de Bombardier à Spirit

L’entente devait initialement être conclue au mois de mai de cette année.

L'action de Palantir démarre à 10$ à Wall Street

13:56 | AFP

La société est valorisée à 21,7 milliards de dollars, soit un peu moins que ce qui était attendu.