Entente de distribution majeure pour 1642


Édition du 09 Mars 2016

Entente de distribution majeure pour 1642


Édition du 09 Mars 2016

Par Matthieu Charest

Bastien Poulain, président de 1642, et Cyril Beaudry, directeur général d’Orange Maison, une division de Lassonde. [Photo : Jérôme Lavallée]

Image de Jeanne Mance ou de Paul de Chomedey, sieur de Maisonneuve, couplée à l'année de fondation de Montréal : les boissons 1642 Cola et 1642 Tonic misent sur un design enraciné dans l'histoire pour séduire les consommateurs. Mais la jeune PME montréalaise née en 2013 est résolument tournée vers l'avenir. Elle vient de signer un important contrat de distribution avec Orange Maison, une division de Lassonde, l'un des plus gros acteurs du secteur. En prime, quatre «dragons» ont décidé d'investir dans 1642.

«Dans mon secteur, le réseau de distribution, c'est le nerf de la guerre, lance Bastien Poulain, président-fondateur de 1642. Les premières choses qu'un client me demande, ce sont : "Quels sont les délais ?" et "Être approvisionné sera-t-il compliqué ?"»

Avec l'entrée en scène d'Orange Maison, l'entreprise vient d'un seul coup de quadrupler les points de vente possibles pour ses boissons au Québec, et passe ainsi de 600 à 2 400 commerces potentiels. «Ça nous permet aussi de mieux négocier l'espace tablette qui nous est réservé», précise Bastien Poulain.

L'entrepreneur espère dépasser le million en chiffre d'affaires cette année et vendre plus de 600 000 bouteilles. En 2015, il en a vendu près de 350 000.

«Nous ne sommes pas dans les boissons gazeuses, explique Cyril Beaudry, directeur général d'Orange Maison. Par contre, nous voulons nous spécialiser dans les colas premium. Tandis que les boissons gazeuses sont en décroissance depuis des années, les colas de bonne qualité sont en croissance», affirme-t-il.

Pour ce qui est de la stratégie de distribution, «nous irons où il y a déjà une demande pour les colas haut de gamme. Ensuite, nous ferons des démarches auprès des chaînes de détaillants. Nous sommes les premiers au Québec dans le domaine de la livraison directe des boissons non alcoolisées», précise Cyril Beaudry.

D'abord le Québec, ensuite le monde

Le fait d'être fabriqué au Québec pourrait lui insuffler un sérieux coup de pouce pour conquérir la province. «Ce qui est "fait au Québec" a peut-être moins d'importance à Montréal, mais dans le reste du Québec, ça compte beaucoup», dit M. Beaudry.

Une fois le marché québécois consolidé, Orange Maison pense déverser du soda tonique et du cola dans le reste du Canada.

Et le président de 1642, Bastien Poulain, veut quant à lui élargir sa gamme de produits. Il projette déjà de lancer un «ginger ale» 1642 en juin 2016.

En outre, quatre des cinq «dragons» de la populaire émission diffusée à Radio- Canada ont décidé de se joindre à l'aventure. Mitch Garber, Martin-Luc Archambault, Alexandre Taillefer et Serge Beauchemin détiennent chacun 7,5 % des parts depuis le début de février.

«Il va sans dire que l'arrivée de Lassonde accélère le plan d'affaires et décuple la crédibilité», indique Mitch Garber, pdg de Caesars Acquisition Company.

Quant à Serge Beauchemin, investisseur et entrepreneur en série, il souligne l'influence de Bastien Poulain dans son choix d'investissement : «Il a réussi à faire énormément avec très peu de ressources. Et la gamme est réellement exportable. Je peux facilement voir les Européens et les Asiatiques s'arracher ce produit au goût unique et original.»

Suivez Matthieu Charest sur Twitter @MatthieuCharest

À la une

Bourse: Toronto clôture en baisse de près de 200 points

Mis à jour le 05/07/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street finit en ordre dispersé, la baisse des taux profite au secteur technologique.

À surveiller: Boralex, Air Canada et Canopy Growth

05/07/2022 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Boralex, Air Canada et Canopy Growth ? Voici quelques recommandations d’analystes.

Les sociétés technologiques affichent moins de postes

Les start-up ont commencé à gérer leurs finances de manière plus serrée en raison de la débâcle du secteur à la Bourse.