Une croissance musclée pour Pro Circuit

Publié le 28/12/2017 à 14:16

Une croissance musclée pour Pro Circuit

Publié le 28/12/2017 à 14:16

PME DE LA SEMAINE. Un quart de siècle après ses débuts, le fabricant de suppléments alimentaires Pro Circuit connaît un nouvel envol.


Portée par l’engouement des consommateurs pour l’entraînement physique et les produits naturels, cette petite entreprise familiale a doublé ses effectifs en deux ans et fourmille de projets.


Jusqu’à récemment presque seule à produire des suppléments alimentaires au Canada, Pro Circuit a longtemps occupé cette niche. À la création de l’entreprise, ce sont surtout les adeptes de musculation qui étaient friands de produits de nutrition sportive.


D’ailleurs, Manuel Moriz, qui a cofondé Pro Circuit en 1992 avec sa femme Danielle, est un ancien juge de compétitions de culturisme.


Dix ans plus tard, Pro Circuit investissait pour obtenir la certification Santé Canada. Cela lui a ouvert les portes des pharmacies, renforçant ainsi sa réputation de marque de qualité. «C’était risqué car nous étions les seuls à nous faire certifier par Santé Canada à l’époque, raconte Véronique Moniz, fille des fondateurs et directrice générale de l’entreprise depuis trois ans. Aujourd’hui, nos produits sont vendus dans 500 pharmacies, dont Walmart. Et, grâce à ce géant américain, nous avons pu entrer sur le marché portoricain», dit-elle.


Depuis environ cinq ans, Pro Circuit voit ses ventes exploser, les suppléments alimentaires étant de plus en plus prisés par Monsieur et Madame Tout-le-Monde.


Cap sur l'Europe


Forte de son succès, la PME aspire donc à aller encore plus loin! Déjà présentes en Algérie, à Porto Rico, à Taiwan et dans les Îles portugaises de Madère et des Açores (Manuel Moriz est originaire du Portugal) les gélules de Pro Circuit s’apprêtent à conquérir l’Europe.


L’entreprise compte se développer d’abord sur le marché espagnol puis à terme en Belgique et dans la partie continentale du Portugal. «Nous recevons beaucoup de demandes de la part de consommateurs européens souhaitant acheter nos produits. Toutefois, les frais de livraison font que nous ne sommes pas concurrentiels», explique Véronique Moniz, qui ajoute que l'exportation va permettre à cette clientèle de se procurer les compléments alimentaires de la société.


Cette expansion en Europe, facilitée par l’entrée en vigueur de l’accord de libre-échange Canada-UE, vise aussi à séduire des fabricants européens voulant percer le marché canadien. Car, 40% du chiffres d’affaires de Pro Circuit provient de suppléments alimentaires produits pour des marques privées.


Une nouvelle certification en ligne de mire


Loin de se reposer sur ses lauriers, Pro Circuit a décidé d’investir 400 000$ afin de rénover son usine de Delson, achetée en 1994. L’objectif est de décrocher la certification HACCP. Cette norme vise à assurer la salubrité et l’innocuité des produits alimentaires. «L'objectif est de contrôler encore plus la fabrication de nos 300 produits afin d’en confirmer la qualité», souligne Véronique Moniz, dont le frère Francis et le conjoint Jérémie Marcotte ont aussi rejoint l’entreprise.


Acquérir cette certification plus poussée va aider Pro Circuit à croître à l’international et à intégrer des suppléments alimentaires biologiques et sans gluten à son offre. Pour répondre à la demande de plus en plus grande de produits naturels, la gamme de protéines et d’acides aminés destinés à accroître les performances sportives s’est déjà enrichie, il y a trois ans, de compléments alimentaires visant à améliorer la santé, comme les Oméga 3 ou l’extrait de thé vert riche en antioxydants.


Fidèle à son ambition de départ de proposer des suppléments alimentaires fabriqués au Québec, Pro Circuit travaille également à s’approvisionner de plus en plus en ingrédients locaux lorsque c’est possible.


 


Pro Circuit en quelques chiffres


Année de création: 1992


Nombre d’employés: 20


Taux de croissance annuel: 60% en moyenne au cours des cinq dernières années


Chiffre d’affaires: entre 3 et 5 millions de dollars


Part des ventes réalisées à l’étranger pour la période 2016-2017: entre 15 et 20%


Objectif à cinq ans: Assurer la transmission de l’entreprise des cofondateurs à leurs enfants et réussir ce passage de flambeau

À suivre dans cette section


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

À la une: les prix PDG de l'année «Les Affaires»

Édition du 08 Décembre 2018 | Les Affaires

En manchette cette semaine, les prix PDG de l'année «Les Affaires».

Maman Autrement: un nouveau nom pour une nouvelle stratégie

29/11/2018 | Marie Lyan

PME DE LA SEMAINE. Elle n’évoque plus que la maternité, mais l’ensemble des options saines et éthiques pour la maison.

À la une

Uber Canada: une entreprise en croissance

11/12/2018 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. Rob Khazzam est un bon exemple que l'emploi de rêve peut nous être offert quand on s'y attend le moins.

Décarbonisation de l'économie: des occasions réelles de 704 G$

11/12/2018 | François Normand

Le marché pour décarboniser l'économie mondiale s'élève à 34 000 G$CA, mais cela ne tient pas compte de la concurrence.

Immobilier: Ivanhoé Cambridge et Claridge reconduisent leur partenariat

11/12/2018 | Martin Jolicoeur

Nouvelle enveloppe de 100M$ pour des participations dans des projets immobiliers de Montréal et Québec.